• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 15 mai 2019

    La photo du mois : Le merveilleux

    Bonjour à tous, nous sommes le 15 mai et c'est l'heure de notre cinquième rendez-vous avec La photo du mois.

    Chaque mois les blogueurs participants publient une photo en fonction d'un thème donné à l'avance. Toutes les photos sont publiées en même temps sur les blogs respectifs des participants, le 15 de chaque mois, à midi, heure de Paris.

    Le thème de ce mois Le merveilleux (mirabilia) dans votre vie, a été choisi par Betty qui nous donnait les indications suivantes :
    Ce qui vous émerveille, vous surprend, vous étonne...
    J'ai franchement galéré pour le thème de ce mois-ci car chaque édition de la photo du mois est l'occasion de  vous partager, à travers une photo, un morceau de ce que j'aime, de ce qui me plait, me surprend et m'émerveille. Le défi étant, qui plus est, de n'utiliser qu'une photo inédite, les choses se compliquent sérieusement.

    Heureusement, un concert lundi soir à l'auditorium Saint-Pierre-des-Cuisines de Toulouse, est tombé à point nommé et m'a donné l'occasion d'illustrer le sujet du mois. 

    Une photo prise juste avant que le concert ne commence. Parce que l'on ne prend pas de photo pendant un concert : on écoute. Au programme du soir : le Quatuor pour la fin du temps, d'Olivier Messiaen, œuvre composée en 1940 pendant sa détention au Stalag VIII-A, à Görlitz.

    Ce fut un concert merveilleux pour une œuvre d'une intense poésie dont les harmonies m'accompagnaient encore alors que je rentrais à pied chez moi pour profiter de la douceur de la nuit tombante.

    De manière plus générale, la musique vivante (par opposition au disque) a quelque chose de merveilleux. La vibration et l'intensité des sons, l'énergie que dégagent les interprètes, tout cela procède d'une alchimie fabuleuse à nulle autre pareille. La beauté du lieu, une ancienne église - haut lieu de l'histoire de Toulouse - devenue fonderie à canon après la Révolution, n'est en outre pas totalement indifférente à ma magie de l'instant. 

    Et ce soir-là, l'interminable silence final qui vint succéder à la voix du violon s'évanouissant dans le plus extrême aigu, plongea d'un fragment d'éternité cette émotion toute spéciale qui emplissait la salle et dont longtemps, je crois, je me souviendrai.

    12 commentaires:

    1. beau plafond à la française ;-)

      RépondreSupprimer
    2. Bel endroit pour en profiter !

      RépondreSupprimer
    3. Le cadre est magnifique en lui-même, alors le concert c'était un plus !

      RépondreSupprimer
    4. La photo est superbe, quel lieu magique ! Dommage qu'on ne puisse pas entendre le concert rien qu'à la regarder.

      RépondreSupprimer
    5. En plus le cadre contribue à l'émerveillement.
      bonne journée

      RépondreSupprimer
    6. magnifique lieu où le concert a du être magique, superbe photo

      RépondreSupprimer
    7. J’adore ces séries de billets. Je te demanderai peut être d’y participer quand je rebloguerai.

      Le sujet est chouette en tout cas.

      RépondreSupprimer
    8. Quel émerveillement ! Que ta présentation Merci!

      RépondreSupprimer
    9. Très joli choix, un lieu magnifique !

      RépondreSupprimer
    10. J'aime beaucoup. À tous points de vue.

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !