• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 25 mars 2020

    Mardi 25 mars 2020

    Deuxième semaine de confinement. D'autres s'en viennent en silence. A l'instar de mes coreligionnaires blogueurs, j'aimerais pouvoir écrire ce que je fais, comment je passe mes journées, ce que je ressens, pour pouvoir le relire dans quelques mois, lorsque tout cela sera derrière nous et que l'on aura pris un peu de recul. Je n'y parviens pas. 

    En ouvrant cette page blanche j'avais des brides d'idées qui se sont aussitôt évaporées dès que mes mains se sont posées sur le clavier. Aucune ligne directrice. Aucune vision claire de quoi que ce soit. A l'image de mon manque total de visibilité sur ce qu'il adviendra.

    Le temps s'écoule selon un rythme mou, loin de l'agitation habituelle et des rebondissements multiples qui émaillent ordinairement mes journées. Pour autant l'ennui n'a pas encore pris racine. Il me reste quelques dossiers sur lesquels je peux travailler encore plusieurs jours. Et j'ai la chance que mon boulot m'a contraint de sortir plusieurs fois, créant autant d'opportunités pour prendre un grand bol d'air. Quelques minutes sous le soleil qui s'étire fort dans le ciel en ce printemps naissant. Hélas les pages uniformément ivoire de mon agenda annoncent la raréfaction prochaine de ces escapades qui sont tout autant d'occasions de discuter de vive voix avec mes semblables. 

    Ce matin après avoir fait ma vaisselle, j'ai préparé un petit saladier de pâte à crêpes. J'en cuirai quelques unes ce soir que je savourerai devant une émission de télévision en papouillant les chats qui m'abreuvent de leurs ronrons. Se réfugier dans les petits plaisirs simples que chaque jour peut nous offrir. Et attendre que passe la tempête. C'est pour l'instant tout ce qu'il nous reste.

    Faire du ménage, ranger, prendre soin de son intérieur, jouer avec les chats, mettre à profit le temps mutuellement disponible pour discuter avec ses amis, prendre de leurs nouvelles, savoir qu'ils vont bien, qu'ils sont prudents. Réinventer les moyens d'être ensemble malgré la distance et se rendre compte d'à quel point nous sommes des êtres sociaux.

    Nous permettre collectivement de redécouvrir l'intensité de certains plaisirs simples ; que le bonheur ne repose pas uniquement sur l'argent ; et de redéfinir nos sens des priorités. Ce sera peut-être l'un des points positifs de cette période.

    Et ce sera beaucoup.

    Relax, nothing is under control.

    4 commentaires:

    1. Ben voilà, tu l’as grattée cette page blanche... 😷

      RépondreSupprimer
    2. J'aimerais comme toi que ce soit cette conclusion qui s'en dégage. :)

      RépondreSupprimer
    3. Ici, comme je travaille toujours, ce n'est pas les vacances... mais on sent bien le ralentissement de l'activité quand même. Et les chats sont plutôt heureux de nous voir à la maison presque tout le temps... sauf pour quelques promenades salutaires au beau soleil de mars qui fait enfin fondre la neige dont le sol est encore couvert.

      RépondreSupprimer
    4. C'est joli des brides d'idées :)

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !