• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 2 avril 2010

    La petite tortue en plastique

    Lorsque j'étais gamin c'était mon jouet préféré : une toute petite tortue en plastique portant sur son dos une petite souris grise. De la taille d'une grosse noix, ma grand mère s'amusait à me faire croire qu'elle pouvait la faire disparaître. Et moi je courrais, émerveillé par ce tour de passe-passe dont les adultes riaient. Moi je n'y voyais que du feu et me demandais par quel prodige cette tortue en plastique parvenait à se volatiliser, uniquement entre les mains de ma grand mère. Entre les miennes, l'exercice devenait nettement plus coriace. En fait je n'y suis jamais parvenu.

    Je l'aimais bien ma grand mère. Mémère comme on l'appelait. Non pas que ce fut péjoratif, bien au contraire : c'est ainsi que l'on appelle sa grand mère en Haute Savoie, sa terre d'élection, ce pays qu'elle aimait plus que tous les paysages du monde, au milieu des montagnes. Petit garçon j'y passait régulièrement une partie de mes vacances d'été. On ne s'ennuyait jamais avec elle ; il y avait toujours quelque chose à faire. Du matin, avec le rituel du marché auquel nous nous rendions à pied, dans la fraîcheur humide de la vallée, avant que le soleil s'élevant au dessus des cimes aux neiges éternelles n'inonde le pied des montagnes de lumière, vaporisant la rosée du petit jour ; au soir, jusques auquel nous partions en promenade le long des sentiers escarpés des alpages, à la découverte des roches mousseuses et des torrents intrépides, à ramasser des myrtilles parmi les sauterelles excitées par la chaleur estivale, ou à gravir le Mont Blanc dans le train à crémaillère qui valait pour moi tous les manèges. 

    Ma grand mère c'était aussi des histoires. Son histoire. Ses souvenirs d'enfance, ses souvenirs de guerre alors qu'elle habitait en Lorraine, les soldats Allemands, les bombardements, la peur des milices, la résistance... Lorsqu'elle nous en parlait, elle replongeait dans un passé qui lui paraissait si proche, et à nous si irréel. Elle avait aussi un vieux livre de contes anciens, une relique, sur lequel elle avait appris à lire étant petite. J'avais mes préférées, en particulier celle du petit coq qui finit embroché en haut d'un clocher, puni pour son arrogance et j'aimais à me l'entendre lire le soir avant de m'endormir.

    Ma grand mère c'était également des odeurs de cuisine, des parfums de gâteaux, de kouglof, de viande qui mijote sur le coin du feu, de préparations colorées qui rissolent dans la poêle et dont on se pourléchait déjà les babines tandis que nous mettions la main à la pâte, dans l'expectative de l'instant précieux où nous pourrions déguster toutes ces bonnes choses que nous avions vues défiler sous nos yeux, dans le recueillement du cliquetis des couverts.

    Ma grand mère aimait les mots. Les mots écrits par les autres, la littérature, les romans, même à l'eau de rose, la lecture en général dans laquelle elle pouvait se plonger des heures durant en oubliant tout le reste, seule dans son univers de princesses déchues et d'amants damnés. Les mots à écrire, les mots croisés, les mots fléchés dont elle noircissait des cahiers entiers sans lassitude. A une époque nous jouions  régulièrement au scrabble le dimanche après midi, durant d'interminables parties acharnées entrecoupées de fous-rires lorsque je l'accusais de tricher en écrivant des mots à l'orthographe parfois plus qu'approximative... Nous riions de bon coeur, et c'était là le plus important, quelque fut le score final.

    C'était tout ça ma grand mère.
    Même si sa santé s'était considérablement dégradée ces dernières années, elle restait, dans la sagesse de son grand âge, le témoin de tous ces souvenirs d'enfance et d'adolescence.

    Aujourd'hui la petite tortue en plastique et sa petite souris sont orphelines.
    Elle va me manquer.

    20 commentaires:

    1. oh c'est super joli ton billet. Tu as mouillé mes yeux. C'est tellement particulier de perdre un grand parent. Mon grand père, depuis dix ans qu'il est décédé, a laissé la même trace dans mon esprit. Ce sera pour toujours le héros qui me racontait des histoires fantastiques de guerre, mon héros à moi, et ce regard enfantin posé sur lui ne changera jamais. Bisous TM

      RépondreSupprimer
    2. Ma grand-mère est âgée de 94 ans et c'est à elle que je dois la quasi totalité de mes jolis souvenirs d'enfance. En attendant, je redoute ce jour. De tout cœur avec toi.

      RépondreSupprimer
    3. Très bel hommage, très bien écrit. Jolis souvenirs d'enfance...

      RépondreSupprimer
    4. "le long des sentiers escarpés des alpages, à la découverte des roches mousseuses et des torrents intrépides" "dans la fraîcheur humide de la vallée, avant que le soleil s'élevant au dessus des cimes aux neiges éternelles n'inonde le pied des montagnes de lumière, vaporisant la rosée du petit jour"

      Waaa, tu es lyrique !
      Ça me donne envie d'aller me balader et de me goinfrer de myrtilles. :D

      RépondreSupprimer
    5. J'ai encore mes deux grand-mères (93 et 87 ans) et comme Éric, je redoute fort ce jour.
      Grosses bises.

      RépondreSupprimer
    6. D'autant plus émouvant pour moi qui n'ai quasiment pas connu mes grands parents... Bon courage, et toutes ces sortes de choses idiotes qu'on dit et qui ne consolent pas...

      RépondreSupprimer
    7. lord de Winter3 avril 2010 à 01:13

      Un joli hommage... Et, fort à propos, je crois, on peut dire que cette femme qui aimait les mots perdure à travers les tiens...
      Bon courage.

      RépondreSupprimer
    8. C'est un très bel hommage que tu lui rend!
      Bon courage à toi dans cette épreuve...
      Bises

      RépondreSupprimer
    9. Ma grand-mère, c'était "Tatie Danielle" (voire pire !).
      Elle est partie il y a 12 ans... je dois avouer que rien ne me manque... si ce n'est probablement le fait de n'avoir jamais eu de grand-mère...
      La perte est peut-être plus dure, à l'instant où ça arrive, que le manque. Mais sur le long terme, je ne saurais dire...

      RépondreSupprimer
    10. " Se souvenir des belles choses".
      C'est ce qui compte. Etre accompagné des être chers par de belles images.
      Très beau récit, moi quand je mange un biscuit " Chamonix" je revis les jours heureux chez ma grand-mère maternelle Juliette, nommée aussi " Mémé Ju". Il n'y avait que j'ai elle que j'avais le privilège d'ouvrir la boite et et défaire les feuilles d'emballages en Alu.
      Ralalaaaaaa Proust sors de mon corps.
      Sincèrement votre
      Moi

      RépondreSupprimer
    11. Moi j adorais ma grand mère, elle confondait les billets de 50 avec ceux de 500 francs à l époque ! Et puis elle est partie, c'est la vie
      bises

      RépondreSupprimer
    12. Avec du retard je viens te souhaiter bon courage et j'ai pu constater lors du décès de ma mère comment les jeunes adultes souffraient beaucoup à la disparition de leurs grands-parents

      RépondreSupprimer
    13. La Tortue est le symbole de la longévité en Asie...
      La souris je ne sais pas.. on la tellement en main de nos jours, on la clique... pour te saluer... toi, ta grandmère et tous ceux qui l'ont connue....

      RépondreSupprimer
    14. Une de mes grandes tantes est décédée à l'âge de 101 ans jeudi dernier et on a découvert avec surprise qu'elle lisait et relisait depuis toujours "la femme de trente ans". Et je viens de rentrer d'un week end où j'étais avec ma grand-mère qui va fêter dans quelques mois sa cent-deuxième année. Je m'attends toujours à recevoir *le* coup de fil, donc tout ça pour vous exprimer mes condoléances.

      RépondreSupprimer
    15. Merci à tous pour vos petits mots de réconfort.

      RépondreSupprimer
    16. c'est un très beau billet, très bien écrit. Je crois que ta grand mère va vivre encore drôlement longtemps en toi. N'hésite pas à nous en reparler. Personne ne s'en plaindra.

      RépondreSupprimer
    17. C'est un billet très émouvant que tu as rédigé là, une belle façon d'honorer sa mémoire, en quelque sorte.

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !