• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 15 mai 2010

    La photo du mois : Maison d'ici

    Pour la première fois je participe à "La photo du mois". Le principe est simple : chaque mois un groupe de blogueurs publie en même temps une photo relative à un thème commun. Ce mois-ci il s'agit de "Maison d'ici". 

    Pour inaugurer ma contribution à l'œuvre collective, j'ai choisi cette photo d'une maison maraichère, traditionnelle de l'architecture Toulousaine. Maison fermière simple et modeste, souvent réduite à un seul niveau organisé en quatre pièces, unies deux à deux, de part et d'autre d'un vaste couloir central dont les murs portent le poids du faîte, il en existe des milliers à travers la région, en particulier dans les zones rurales. Les vieux quartiers de Toulouse jadis voués à la culture maraichère en sont bien évidemment parsemés. On les reconnait encore en dépit de sauvages agrandissements leur ayant fait perdre une partie de leur identité. 

    Quoique de structure classique, nous noterons ici toutefois  que la bâtisse fut richement revisitée à la mode des années 1920 / 1930 ; peut être s'agit-il d'une réhabilitation menée à l'époque et non d'une construction nouvelle. Le plan traditionnel est respectée : la porte centrale laisse présager le couloir au long duquel s'articulent les pièces du rez-de chaussée ; les combles sont abandonnés à leur plus simple expression structurelle en raison d'un toit très bas.  Les ouvertures coté rue sont rehaussées de briques de parement et surmontées d'un élégant fronton saillant. Le mur est élégamment crépi en blanc typique du goût d'une époque ; mais il suffit que l'on gratte un peu pour que reparaisse la brique rouge qui n'est jamais très loin.
    On notera également la génoise composée non pas de terre cuite comme il est de coutume, mais ici d'une riche frise vernisée d'inspiration art-déco, tandis que le feuillage des grilles posées aux fenêtres regarde timidement vers un art nouveau moribond.



    Allez voir les contributions des autres blogueurs participants à cette opération mensuelle : Olivier, Anne, Véronique, Virginie, Shandara, Looange, Jo Ann, Sandrine, Fabienne, Damien, Marie, Nolwenn, Céline, Anne fra Sveits, Célia, Caro, Guillaume, Mandy, Titem, Cynthia, Caroline, Doremi et Sophie.

    17 commentaires:

    1. Très mignon cette petite maison basse, assez simple mais avec pleins de petits détails pour l'égayer!

      RépondreSupprimer
    2. ah super avec l´explication dans ton texte!!Je ne connaissait pas du tout les types de maisons à Toulouse!

      RépondreSupprimer
    3. Je crois que je les préfère lorsque la brique rouge est apparente.

      Bon week-end,

      Sophie

      RépondreSupprimer
    4. Une maison très différente de celles qu'on trouve dans mon coin de montagne.
      Il y a un jardin à l'arrière, pour ce type de maisons?

      RépondreSupprimer
    5. @ Céline : Ce sont souvent de petites maisons très agréables à vivre : les murs épais préservent de la chaleur de l'été et abritent du froid de l'hiver.

      @ Mandy : Toulouse est très riche architecturalement. Il y a encore bien d'autres types d'habitations, qui évoluent en gré des quartiers où l'on flâne.

      @ Ma life : Beaucoup de maisons sont recourvertes d'un crépis, parfois gris et très laid, posé dans les années 70, afin de protéger la brique des intempéries et de l'érosion. Sans compter que le béton coûte moins cher que la main d'œuvre d'un bon artisan qui refaçonne une à une chacune des briques d'apparat.

      @ Ô. d'Evian : Oui oui, il y a (presque) toujours une cour arrière, parfois un véritable parc. En plein cœur de la ville c'est un véritable trésor qui explique en partie que ces maisons sont très prisées et atteignent des prix prohibitifs.

      RépondreSupprimer
    6. Belle maison... et belle photo. Et ta description est très bien aussi. Ça fait beaucoup de compliments, mais ta note le vaut bien!!

      RépondreSupprimer
    7. merci pour la descritpion c'est très interessant !! très belle maison, j'aime beaucoup la frise !!

      RépondreSupprimer
    8. C'est spécial, ça fait penser à certaines petites maisons de village du Québec.

      RépondreSupprimer
    9. L'architecture est proche des échoppes bordelaises. Ce sont les matériaux et l'ornementation qui font toute la différence. De la pierre calcaire blonde à Bordeaux contrairement à la brique.
      Merci pour les explications ;-)

      RépondreSupprimer
    10. Super, merci pour l'explication ! :-)

      RépondreSupprimer
    11. En bonne belge, j'adore Toulouse, les briques de la ville rose me rappellent les maisons de chez moi. J'aime le soleil couchant sur la brique, j'aime le rose orangé qui se dégage dans la ville. J'aime Toulouse le matin, tôt, l'appareil photo à la main, le nez en l'air pour regarder ces magnifiques bâtiments, l'oreille tendue vers les bruits d'une ville qui s'éveille

      RépondreSupprimer
    12. C'est vraiment une jolie maison, et les explications sont très instructives !

      RépondreSupprimer
    13. Ah ben là comme ça, je n'aurais pas pensé à Toulouse... Elle est très jolie et les explications bien complètes, merci!

      RépondreSupprimer
    14. Elle est toute petite et toute mignonne !

      RépondreSupprimer
    15. @ Alban : Toi t'as un truc à me demander ^^

      @ La petite famille : Il reste à Toulouse encore quelques maisons sur lesquelles l'art-déco a laissé ses traces. Bien souvent on passe devant sans s'en apercevoir. Il suffit pourtant de lever le nez et de garder l'œil ouvert pour en découvrir un peu partout.

      @ Shandara & @ Véronique : Ce n'est pas l'aspect le plus habituel des maisons toulousaines, je te l'accorde.

      @ Enguerrand : Tu quoque ?

      @ Eric : Toulouse et Bordeaux ne sont pas très loin et leur liaison par le Canal du midi a favorisé les échanges entre ces deux villes. Les similarités ne sont donc guère surprenantes.

      @ Khey : Tu as raison : Toulouse rougeoyante à la lumière du ponant comme du levant est incomparable.

      @ Sandrine : Jolie et entretenue ! Les belles choses, commes les moins belles, ont la fâcheuse tendance à se délabrer. Les propriétaires semblent aimer assez leur bien pour le conserver impeccablement.

      @ Cynthia : Petite en façade seulement. Souvent ces maisons sont plus profondes que larges, et par conséquent un peu sombres à l'intérieur. Nous serisons certainement surpris par les proportions intérieures. Il ne faut pas oublier que l'impôt sur les portes et fenêtres, institué par le Directoire, pendant la Révolution française, le 4 frimaire an VII (24 novembre 1798), ne fut supprimé qu'en 1926, contraignant les propriétaires les moins fortunés à quelques concessions sur le nombre d'ouvertures de leur maison.

      RépondreSupprimer
    16. Ah les petites maisons de nos campagnes, quand je vois ces photos, ça me manque !

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !