• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 13 janvier 2011

    Arrietty, le petit monde des chapardeurs

    Tu les as déjà vus toi aussi hein, dis, tu les as déjà vus ? Tu le sais qu'ils existent... les chapardeurs ? Ne t'es tu jamais posé de question en découvrant un morceau de sucre abandonné sur le tapis du salon là où il n'y avait rien la veille au soir ? N'as-tu jamais surpris le chat en train d'éructer toutes griffes dehors devant cet inoffensif massif de pivoines en fleurs au jardin ? Si hein...? Ha, je le savais bien  ! Ecoute bien et ferme les yeux : tu les entendras peut être marcher à pas feutrés la nuit. Mais surtout ne cherche pas à les observer, ne les regarde pas, laisse les vivre leur vie, fais comme s'ils n'étaient pas là, ton regard pourrait les effrayer, les contraindre à l'exil. Car tel est leur destin : vivre cachés, juste à coté de nous. Ils ne font aucun mal et nous pouvons leur apporter du bien, tant que nous les laissons en paix. Alors laisse les vivre, comme si de rien n'était.

    Une nouvelle fois les Studios Ghibli démontrent avec une virtuosité toute contenue leur suprématie absolue dans l'animation traditionnelle, pied de nez révérencieux mais foudroyant à la fureur numérique et  à la mode de la 3D dont nos écrans sont envahis. Un scenario tout simple servi par un dessin somptueux foisonnant de détails, une bande son caressante, des personnages pittoresques et attachants, une atmosphère baignée par la douceur de vivre teintée d'une once de nostalgie. Tout cela sent bon l'herbe fraîche, le bois vieux et le parfum des fleurs, la caresse du vent sur la joue. On ressort d'Arrietty comme l'on ressort d'un joli rêve et, lorsque la salle obscure rallume ses feux, ce n'est pas sans mal que l'on quitte la poésie extatique de ce petit chef d'oeuvre. A voir, absolument.


    12 commentaires:

    1. Pour info, voici un lien vers le trailer de Ninokuni sur PS3.
      C'est pas tout récent, mais il y a un lien avec ce billet (si si !)

      RépondreSupprimer
    2. Voilà une chronique qui confirme l'envie déjà existante d'aller voir ce film. Allez hop, au programme pour ce week-end !

      RépondreSupprimer
    3. Pour info, la bande son a été écrite et interprétée (en phonétique) par une française.

      RépondreSupprimer
    4. Tu me donneras ta recette de tisane hein?
      Ca m'a l'air bien efficace :o)
      Ha, il faut lire aussi le second paragraphe ?

      RépondreSupprimer
    5. Fan des productions Ghibli depuis quelques années, je salive devant ce film depuis une semaine... et encore un peu plus maintenant !

      RépondreSupprimer
    6. Quoi, comment c'est eux les voleurs de chaussettes? je sais où ils se cachent chez moi ... dans la machine à laver !!!!
      ok pour semaine prochaine, on se fait un repas ;-)

      RépondreSupprimer
    7. Ca donne envie d'aller le voir :). Merci !

      Eusèbe

      RépondreSupprimer
    8. Vu et (pas mal) aimé mais ça n'a pas le lyrisme d'1 Chiriho ou la Princesse Mononoké. Mais ça vaut toujours mieux qu'1 Disney shooté au cynique de son époque, la nôtre.
      Sympa mais pas inoubliable.

      RépondreSupprimer
    9. Je suis comme Laurent : un peu sur ma faim. C'est beau, c'est plaisant mais ça reste somme toute assez "plan-plan". Je n'ai pas reçu l'émotion que je reçois devant les grands chefs d'oeuvre que sont notamment Chihiro, Le Château Ambulant, Princesse Mononoké, Cats Return, ...
      Un beau film à voir quand même, remarquable entre autre par le travail réalisé sur les décors époustouflants.

      RépondreSupprimer
    10. @ Blau : Rhô ben ça ! Et tu ne m'y as même pas encore fait jouer !!

      @ FalconHill, Glimpse, Gildan, Nekkonezumi, Eussèbe : Ca vaut largement le détour, oui !

      @ Maxivirus : J'ai vu ça oui. Ben chapeau parce que le métissage sonore est vraiment réussi. Si tu ne l'avais pas dit, je ne m'en serais jamais douté.

      @ PascalR : Tu es irrécupérable mon pauvre garçon :)

      @ Laurent et Ek91 : Vous avez raison, Arrietty ne se hisse pas au rang d'un Chihiro ou d'un Mononoké, le scenario n'est pas du tout dans cette veine là d'ailleurs. On n'est pas non plus dans l'effervescence et la drôlerie d'un Totoro (mon chouchou !!). La trame est beaucoup plus simple, les sentiments sont un peu en retrait (d'où le coté un peu plan-plan) et il manquerait des interactions supplémentaires avec les personnages afin de rendre l'intrigue plus complexe et le développement de l'histoire plus dense. Cela dit, j'ai passé un bon moment de cinéma devant un dessin animé visuellement splendide.

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !