• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 29 mars 2010

    Alice in Wonderland

    Comme beaucoup de monde j'attendais avec impatience la sortie du dernier opus signé Tim Burton. D'une part parce que j'aime beaucoup le travail de ce réalisateur pour son univers sombre et torturé tout autant que loufoque et décalé ; d'autre part parce j'avais hâte de découvrir comment l'ami Burton allait s'approprier le monde fantasmagorique de Wonderland dans lequel il m'était tout à fait concevable qu'il se sentit chez lui. Pour tout dire j'attendais beaucoup de ce film qu'un matraquage publicitaire rondement mené laissait désirer depuis quelques longs mois.

    L'histoire de Alice, tout le monde la connaît dans ses grandes lignes, soit que l'on ait vu le dessin animé de Disney, ou bien la série animée diffusée à la télévision dans les années 80, ou encore - pour les plus valeureux - qu'on ait lu l'oeuvre de Lewis Carol.
    Pour résumer, Alice, c'est 50 kilos d'héroïne... Cette petite fille de la bonne société Londonienne voit des lapins qui courent partout, un chat qui vole, des oeufs qui marchent sur un mur (du moins dans la version originale : l'absence de Humpty-Dumpty dans la présente fait cruellement défaut ce me semble) et des chenilles qui fument le narghilé. Je sais, on en a enfermé pour moins que cela. Mais que voulez-vous, la protection de l'enfance n'est plus ce qu'elle était ! Pour en venir au film à proprement parler, rien de révolutionnaire dans l'assiette. Alice se trouve en prise avec l'inoxydable Reine de Coeur qui, au gré de sa mauvaise humeur, fait régner la terreur sur Wonderland. Le scénario est assez linéaire, sans surprise ni réelle originalité ou une quelconque prise de risque. Disons que c'est du Disney familial destiné à plaire au plus large public. Les chtites n'enfants comme les plus grands y trouveront mille raisons de s'émerveiller - les effets spéciaux numériques sont là pour vous garantir le spectacle, d'autant que l'utilisation sympathique de la 3D apporte une profondeur visuelle discrète mais tout à fait appréciable. Si je n'ai étonnamment pas été conquis outre mesure par le Jonny Deep grimé en chapelier fou, la Reine de Coeur m'a en revanche paru parfaite dans son rôle. La Reine Blanche vaut aussi son pesant de cacahuètes, dans un registre assez différent toutefois. Tout cela fait de Alice un très bon divertissement, parfois assez drôle d'ailleurs. J'ai au demeurant passé une bonne soirée derrière mes lunettes 3D. 
    Voilà voilà...

    Mwoui... voilà voilà... Car, vous le sentez bien, il y a un hic.
    Si j'allais voir Alice ce soir ce n'est pas tant pour l'histoire en elle même - dont le ressort a été usé jusqu'à la moelle, parfois brillamment, je pense en particulier au fabuleux Labyrinthe de Pan de Guillermo Del Toro sorti en 2006 - mais pour l'univers Tim-Burtonien dont je parlais plus haut, celui que j'avais adoré dans Edouard aux mains d'argent, Sleepy Hollow, Big Fish ou encore L'Etrange Noël de Mister Jack, et que j'avais cru reconnaître dans le génial Coraline dont il n'était pourtant pas l'auteur. Alors, certes on retrouve ses marques, l'image est parsemé de références désormais classiques, presque des figures imposées, telles que les arbres aux inquiétantes branches noueuses, on reconnait le moulin à vent dégingandé qui a fait la renommé de Disney en 1937 avec son court métrage The old mill, la folie des personnages est bien présente, mais... mais pas beaucoup plus en réalité. Je n'ai pas retrouvé dans cet Alice ce qui jusqu'alors m'avait fait aimer le cinéma de Tim Burton. Pire... j'ai eu l'impression de voir une sorte de cousin éloigné de Harry Potter, ou du Monde de Narnia ! Où sont passées la noirceur ténébreuse, la puanteur infernale, les errances délirantes de personnages emportés dans les élans d'une irrémissible folie ? Où sont les peurs refoulées de notre enfance, celles qui nous prennent au tripes et nous glacent d'effroi et auxquelles il faudra pourtant faire face ? Wonderland m'est apparu assez gentillet et bien loin, dans ses cotés obscurs, des méandres dans lesquels Burton aurait pu, avec son génie habituel, lui construire un décorum cousu main.

    Peut-être également ai-je, à un tout autre niveau, été indisposé par la logorrhée d'images de synthèse qui composent à peu près l'essentiel du visuel, acteurs compris.  Etrangement je m'étais déjà fait la réflexion pour Avatar sans que cela me dérange au delà du raisonnable. Mais ce coup ci fut différent. La différence entre des décors réels et des décors en images de synthèse est... que cela finit par se voir !! J'en veux pour preuve un exemple tout simple : l'animation d'une feuille de fougère. En image de synthèses c'est beau, c'est tout lisse, sans aspérités ; il n'y a pas cet infime frémissement aléatoire, cette petite ondulation disgracieuse à peine perceptible mais bien présente qui différencie un univers virtuel mathématiquement idéalisé de l'univers réel imparfait. Mais plus encore que les décors dont je peux comprendre la nécessité de recourir au tout numérique, le tripatouillage morphologique des acteurs m'a laissé perplexe et assez peu séduit. Mais peut être suis-je vieux jeu...

    Au final, Alice in Wonderland à la sauce Tim Burton laisse un bilan mitigé. Si j'ai effectivement passé un agréable moment, je ne suis en revanche pas certain d'avoir aimé le film qui m'a déçu.
    Dommage.


    Voir aussi l'avis de Patrick Antoine, Alban.

    8 commentaires:

    1. Je suis assez d'accord avec toi, c'est un divertissement Disney, donc je pense que Tim Burton a revu à la baisse son histoire pour qu'elle soit grand public. Moi j'ai aussi beaucoup aimé Helena Bonham Carter et Anne Hathaway en reine blanche improbable: "Did you speak to the trees, they look sad..."

      RépondreSupprimer
    2. Je suis presque persuadé que j'en penserais la même chose. En fait j'ai plutot à force de glaner des infos, à gauche et à droite, sur tel ou tel blog, cette impression que je vais moi aussi etre décu par ce film. J'espère que je vais me tromper. J'y vais demain

      RépondreSupprimer
    3. Je fus très déçu par "Alice" envisagé par Burton.
      Je suis décidemment gêné par la 3D, je trouve qu'elle n'apporte rien au propos du film, sinon une tentative d'éblouissement visuel.
      Pour moi le plus réussi , c'est l'univers de la dame de Coeur, ce ptit tyran fort sympathique,Wahooo le chateau.
      Et pis petite confidence, je me suis endormi ( oups) à la fin du film. Next !
      Sincèrement votre
      Elliot

      RépondreSupprimer
    4. Merci pour ton analyse poussée, j'ai failli aller le voir !

      RépondreSupprimer
    5. Je ne l'ai pas encore vu. D'après ce que j'en ai entendu et lu ailleurs, le principal problème de ce film est que, contrairement à Avatar, il n'a pas été conçu pour la 3D, mais qu'il a été tourné en 3D pour de mauvaises raisons de marketing, et d'encore plus mauvaises raisons de lutte contre la copie. On peut facilement copier un film en 2D et le diffuser de façon virale. En 3D, le film est inexploitable si l'on ne dispose pas de la techno pour le visionner, et il est à craindre que la 3D ne soit dans un proche avenir mise à toutes les sauces juste pour s'affranchir du piratage.
      Burton te montre à l'écran ce qu'il a envie que tu vois, et la 3D attire ton attention ailleurs, sur un détail sans signifiance mais qui est juste là pour faire valoir la techno. Les démarches de Burton et Cameron vis-à-vis de la 3D ne sont pas les mêmes. Je me ferai une opinion définitive quand je l'aurais vu, car j'irai malgré tout : comment résister à Burton + Depp + Bonham-Carter + Hathaway ?

      Merci pour ce bon billet ;-)

      [mode troll lèche-cul on]
      Mais ils le sont tous, cher Tambour Major...
      [mode troll lèche-cul off]

      RépondreSupprimer
    6. J'irai le voir très bientôt... Mais ton sentiment semble assez unanime...

      RépondreSupprimer
    7. @ Tous : Je me permets une réponse groupée pour éviter un commentaire trop décousu.

      1/ La Reine de Coeur est vraiment le personnage le plus réussi du film je trouve : colérique à souhait et tyranique tout ce qu'il faut. La Reine Blanche fait dans un tout autre style tellement too much que ça en devient drôle.

      2/ La 3D, je ne sais quoi trop en penser. Gadget assez sympathique, elle n'apporte il est vrai pas grand chose à la narration. Peut être aussi peu que la couleur à ses débuts ? En tout cas, hormis peut-être le cas particulier de Avatar, mon opinion reste aussi partagée qu'elle l'était déjà pour La Haut.

      3/ Quoique mon avis sur Alice soit mitigé, je vous incite néanmoins à aller le voir - avec ou sans la 3D. Car même s'il ne relève pas à mon sens des grands crus de Tim Burton Alice reste un bon film de divertissement qui vous fera passer un agréable moment.

      J'attends vos feed-back d'après séance !

      @ Eric : Tu le fais tellement bien ^^

      RépondreSupprimer
    8. En gros, penserais tu que Burton s'est fait acheter par les majors?? qu'il a cédé aux sirènes du pognon facile?? Dommage...

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !