• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 31 août 2010

    Le rêve

    Régulièrement il revient. Sous diverses formes. Le rêve.  Le même rêve.  Qui hante mes nuits. Je ne sais pas trop comment le décrire. Les scènes n'en sont pas toujours identiques. Seules l'ambiance et la trame en sont communes.

    Des lieux banals, inoffensifs, soudain glauques, malsains, oppressants. Une forte impression de danger imminent dont je ne perçois pas la nature. Souvent un gars que je connais m'accompagne. "On" ne veut pas notre bien. On cherche un moyen de fuir : un vieil ascenseur en panne, des escaliers en béton mal éclairés, une issue dérobée. On fuit, calmement, pour ne pas attirer l'attention.

    Il y a des bois que l'on longe, des arbres à travers lesquels on voit, on nous voit. Et la sensation de laisser l'horreur derrière nous. Un regard furtif par dessus notre épaule : le danger est là, qui nous observe, qui nous convoite, qui nous désire. 

    Il y a des cris. Au loin quelqu'un que l'on torture.  Je le sais. Une évidence. Une violence bestiale qui se déchaîne, à laquelle on veut échapper et tout ignorer.
    Il y a cette femme qui hurle. Mutilée. Les orbites ensanglantées, béantes, les poignets tranchés, elle ne peut plus fuir. Elle nous parle en geignant : "Je n'y vois plus ; on m'a coupé les mains".

    Et je me réveille. Terrorisé.

    Cela fait bientôt deux mois que cela dure. J'avais cru que les vacances signeraient une rémission définitive.
    Il n'en est rien. 

    Le rêve est de retour...

    10 commentaires:

    1. Dans tes rêves sanguinolants, tu rajoutes Taylor Lautner, Kellan Lutz et Robert Pattinson et ils seront nettement plus doux.

      RépondreSupprimer
    2. Ah oui... je crois que t'es dans même stade que Leonardo DiCaprio dans Inception... Bon courage, un jour tu le vaincras!

      RépondreSupprimer
    3. Y a-t-il eu un évènement déclencheur?

      RépondreSupprimer
    4. Je n'ai jamais fait de rêve récurrent. Je croyais que c'était le genre de chose qui n'arrivait que dans les films ! Tu es bon pour acheter l'encyclopédie de l'interprétation des rêves...
      (mais d'après ce que j'ai compris de Freud, l'origine de ce rêve est très certainement de nature sexuelle !)

      RépondreSupprimer
    5. La question c'est, tu l'analyses comment ?
      Toi qui me semblais être un spécialiste...

      RépondreSupprimer
    6. C'est assez typiquement un rêve de transition, de passage entre deux états, deux statuts. Quelque chose qui t'angoisse inconsciemment. La femme aux yeux absents et aux mains coupées, c'est toi qui n'appréhende pas une situation nouvelle et qui n'imagine pas comment y faire face. Je crois que c'est de ce côté là que tu devrais chercher. Y a-t-il du changement pour toi à la rentrée, professionnellement parlant ?

      RépondreSupprimer
    7. Une réponse collective à tous vos commentaires :

      - Oui,il y a eu un événement déclencheur à ces rêves. Je le date à ce moment là. Mais les éléments responsables étaient déjà présents.

      - Ce rêve, leur récurrence, stigmatise une profonde angoisse, la peur de l'inconnu, d'une épreuve qui m'attend et à laquelle je ne peux plus me soustraire quoi que je fasse : terminer ma Thèse de Doctorat dont la soutenance n'a que trop tardé. La délivrance, à tous points de vue, viendra lorsque j'aurai mis un point final à cet ouvrage. Rien de sexuel là dedans. Du moins je ne le crois pas.

      RépondreSupprimer
    8. Oh a toi, il te faut un garde du corps !

      il me semble que la situation est grave je ne vais pas te laisser te faire attraper dans l'ascenseur qui de toute façon est en panne ...

      RépondreSupprimer
    9. Rien de sexuel, pas sûr. Accoucher d'une thèse c'est laisser une partie de toi à la postérité. Assurer un héritage terrestre qui perdurera après ta mort. Dans le milieu musical, on a très clairement ces deux tendances de lutte contre la mort : les interprètes pour qui l'éternité se crée quand ils jouent (le temps réel n'existe plus) et les compositeurs qui laissent à jamais leurs oeuvres à la disposition des autres (autre éternité).
      C'est la pulsion animale basique de reproduction qui semble nous faire désirer l'un ou l'autre, et le fait d'être gay ni change rien (tu dois le savoir bien mieux que moi, on peut désirer avoir des enfants sans hélas pouvoir ou avoir le droit). Eros et Thanatos, le couple infernal. Et je rejoins assez nettement Eric dans cette idée que cette femme (partie enfantante de ton épreuve) c'est momentanément toi. Pris dans les douleurs de l'accouchement ?

      RépondreSupprimer
    10. Ouh là là les réponses et les interprétations fusent. Je m'abstiendrai de faire comme autres. J'ai un facçon assez personnelles d'interpréter les rêves qui, souvent prémonitoires pour moi, sont déchiffrés de façon personnelle.

      J'ai gardé cet esprit "juvénil" de mon monde non rationnel qui donne un sens à tout ce qui nous entoure. Le reste, je le laisse aux "scientifiques".

      Par contre, faire un peu de méditation le soir avant de t'endormir pourrait aider à avoir un sommeil paisible.

      BOnne journée!

      http://willykean.com

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !