• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 12 juillet 2011

    Le dernier été

    C'est mon dernier été. Je le sais, même si les faits semblent tenter de me contredire et de m'intimider. Mais c'est bien le dernier. C'est ainsi, il ne peut en être autrement, c'est une certitude.

    Le dernier d'une longue suite d'années passées à travailler sur ce que je voulais au départ être mon chef d’œuvre et qui ne sera au final qu'un travail universitaire parmi des milliers, anonyme au milieu d'un amoncellement dont bien peu restera à la postérité. Le dernier été passé cloîtré dans une bibliothèque à l'ombre des rayonnages de savoirs poussiéreux. Chaque jour qui passe me rapproche de la fin, cette fin qui n'a jamais été si proche, un rivage. Encore quelques coups de rame et la liberté...

    Cet été sera mon dernier été.

    10 commentaires:

    1. La date de soutenance est fixée? Dernière ligne droite, donc. Je touche du bois pour que tu sois inspiré comme jamais pour les dernières mises au point du dernier été.

      RépondreSupprimer
    2. Une fois mes études terminées, j'ai eu un immense vertige. Je suis sorti de l'université en me demandant "et maintenant?".

      De mes années étudiantes, je regrette ces longs mois de liberté. Quelques petites semaines de vacances par an, c'est quand même bien peu une fois qu'on est salarié.

      Bon courage pour les dernières pages à rédiger.

      RépondreSupprimer
    3. Bon courage pour les derniers coups de rames et après tu vas pouvoir naviguer librement.

      RépondreSupprimer
    4. On est thèsard, donc? Tiens... ça me rappelle des souvenirs. Et ce n'est jamais qu'un exercice universitaire; changer le monde, ça viendra après.

      RépondreSupprimer
    5. Souvent à contre courants, je penserais que c'est la fin de la Liberté!!:)

      RépondreSupprimer
    6. Attention au rhume des foins et aux allergies à la poussière de vieux livres.

      RépondreSupprimer
    7. Tu m'as fait presque peur! Halte là, pas de nostalgie à l'avance! Ton avenir s'annonce comme ton passé : brillant !

      RépondreSupprimer
    8. Tant que tu n'as pas publié, tu ne peux pas savoir ce que vaut vraiment ta thèse. Elle finiras peut-être dans les méandre d'une longue liste de thèse oubliées aussi vite que publiées. Mais tu te reliras peut-être plus tard en te demandant "j'ai vraiment maîtrisé tout ça ?". Et peut-être aussi que tu auras les félicitations du jury. Peut-être même que ta thèse sera régulièrement citée dans d'autres publications ? C'est peut-être un chef d'œuvre, mais ce n'est qu'en le publiant que tu pourras le savoir.

      RépondreSupprimer
    9. En étant thésard, tu avais déjà une liberté de choisir quand tu voulais travailler réellement, et c'est déjà une grande liberté même s'il y a des dates buttoirs contraignantes. Ensuite c'est rare de pouvoir conserver cette liberté, tu auras une autre liberté mais tu en perdras une, celle de travailler réellement quand bon te semble

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !