• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 5 septembre 2009

    Samedi, c'est sodomie !

    La sodomie... Quel sujet saurait être plus spécifiquement Gay que celui-là ? Quand on discute cul avec nos amis les zéro pointés, c'est un des grands classiques à propos de la sexualité entre mecs, suscitant une curiosité affûtée, souvent voilée de fantasmes, et j'irais même jusqu'à parler d'une pointe d'envie pour les plus joueurs d'entre eux, ceux chez lesquels l'étincelle lubrique qui illumine leur regard à ces instants là, laisse entrevoir un désir à peine dissimulé de franchir clandestinement entre les bras d'un inconnu, l'espace d'un fugace instant, le seuil troublant du coté obscur de la force. 

    Perçue comme une perversion avilissante, humiliante pour celui qui incarne le rôle de la femelle de service, dégradante pour celui qui s'adonne à ce plaisir interdit et affirmerait ainsi la suprématie de sa qualité de mâle viril, conspuée par les religions du Livre, en mémoire du châtiment divin infligé au peuple de Loth, la sodomie n'est pourtant pas l'apanage des tarlouses... Hé non... Si deux hommes peuvent s'emboiter à merveille et se décalaminer le pot jusqu'à satiété, un homme et une femme le peuvent tout autant quoique les donzelles soient dotées d'un voie de garage normalement destiné à ce genre de fret. Il est loisible de remarquer qu'à l'aide de menus accessoires deux damoiselles libidineuses ont également la possibilité d'expérimenter l'une des causes du plus grand des courroux célestes.

    Par conséquent, ce billet fera preuve d'oeucuménisme en s'adressant sans distinction à tous ceux et celles que les mystères de la turbine à mignonette fascinent.
    Non, non, ne rougissez pas, ne prenez pas cet air gêné : dégraffez seulement un bouton de votre chemise pour vous mettre à l'aise, éloignez les enfants et tenez vos collègues de travail à l'écart si vous avez peur qu'on ne lise par dessus votre épaule, car, pour vous, Tambour Major va tordre le cou à certaines idées reçues à propos du pétage de rondelle.

    Idée reçue n°1 : la sodomie c'est un truc de pédés !
    Hé bien pas nécessairement.
    Si l'on en croit une étude de l'INSERM ou une autre menée sur le site Doctissimo auprès de ses membres et dont on peut lire les résultat par ici, c'est à peine la moitié des couples homos qui pratique régulièrement la sodomie. Être gay ne signifie pas forcément se faire régulièrement rafraîchir la rosette... S'agissant des couples hétéros : "La sodomie reste peu courante. Seuls 3% des hommes et des femmes disent la pratiquer souvent. Elle a été tentée au moins une fois par 30% des hommes et 24% des femmes" conclut cette enquête. On peut néanmoins se navrer de l'incomplétude de cette étude qui ignore certaines questions non posées : quid des hommes hétérosexuels qui ont pu s'y prêter (passivement), au moins une fois, par curiosité ?  Donc et pour en terminer avec cette première idée reçue, non, la sodomie, comme je l'indiquais plus haut, n'est pas à l'usage exclusif d'une frange de la population qui s'identifie par un drapeau arc-en-ciel.

    Idée reçue n°2 : on s'encule à la vaseline.
    Non non et non !
    Si l'envie de vous faire exploser le troufignon à grands coups de butoirs par votre voisin de palier vous prend un soir de solitude, surtout n'allez pas le voir avec un tube de vaseline entre les dents. C'est même à proscrire totalement. Et d'une la vaseline a la fâcheuse tendance de sécher et de faire des boulette extrêmement désagréables qui gratouillent dans le fondement. De deux, ça attaque les préservatifs qui risquent d'éclater en pleine action. Laissez donc tomber les vieilleries, on a fait beaucoup mieux depuis lors : préférez des lubrifiants efficaces et fiables à base d'eau, d'aloevera ou, encore mieux, à base de silicone. Et oubliez le beurre, surtout si vous êtes Breton : le sel ça irrite !!

    Idée reçue n°3 : la sodomie, c'est super bon.
    Hé bien hé bien... ça dépend !! Pour compléter la réfutation de l'idée reçue n°1, ce n'est pas parce qu'on préfère les mecs que l'idée de se prendre un gros calibre dans le fion nous fait tous trembler de désir. Loin s'en faut. Si certaines personnes y prennent un pied intersidéral, d'autres au contraire y voient un supplice insurmontable tant la douleur est vive et l'absence de plaisir prégnante. Car il ne faut pas s'y tromper : quoique cette zone du corps soit saturée de terminaisons nerveuses notamment érogènes, s'enfiler un gros calibre par la porte de sortie n'est pas nécessairement sans contrainte ! Des muscles puissants font en principe obstacle à ce que tout ce qui se trouve prisonnier à l'intérieur ne s'échappe fortuitement, et forment corrollairement une barrière naturelle à tout ce qui voudrait y entrer par effraction. Si l'habitude réciproque, le doigté l'habileté du partenaire et la confiance acquise par l'expérience peuvent permettre au petit oiseau de se longer confortablement dans son nid, et faire frétiller chacune des cellules de son hôte emporté par des tourbillons de plaisir, il n'y faut pas voir une généralité. Loin s'en faut.

    Idée reçue n°4 : la sodomie, ça sent la rose.
    Heu... comment dire ?
    Tout dépend du degré d'hygiène "interne" de chacun. Car, comme cela vient d'être rapidement exposé dans l'idée reçue n°3, la région où l'action se passe est réputée pour ses émanations diverses peu ragoûtantes. Si l'on ne prend pas garde à une hygiène intime assez poussée avant de soumettre les portes du désir aux assauts de l'étalon fougueux écumant d'ardeur, il y a de grands risques de se retrouver dans la merde... Oui, ce n'est pas très glamour mais c'est la nature que voulez vous... On ne met pas les pieds dans la boue sans risquer de se salir le pantalon.

    Idée reçue n°5 : un mec efféminé est forcément passif et inversement, un mec viril et nécessairement actif.
    Que nenni...
    Une folle qui fait joujou avec les habits de sa mère peut être aussi dominatrice qu'un tigre sous amphétamines et inversement, un lascar au regard de braise genre maçon aussi massif qu'un mur en pierres de taille, ne prendre son pied qu'une fois le fondement soliement arrimé au mandrin d'un jeune éphèbe ou d'un autre monstre de testostéronne. C'est toujours étonnant de voir des gros balourds hyper bodybuildés se faire chevaucher par des walkyries épaisses comme des tranches de jambon anorexiques. Tout ça pour dire qu'il n'y a pas de règle en la matière. Ou plutôt si, il y en a une : l'habit ne fait pas le moine !

    Idée reçue n°6 : celui qui se fait prendre est une vraie gonzesse.
    Pas toujours.
    Déjà, et d'une, cela voudrait dire que dans un rapport hétéro la femme subit l'acte sexuel et attend sagement un orgasme qui n'arrivera pas forcément pour elle, contrairement à son égoiste de mec (oui, je schématise un peu), ce qui n'est pas très sympa pour elle. Si le mec a certes une grosse partie du boulot à fournir (oui, les abdos c'est là qu'ils doivent montrer de quoi ils sont capables !), il ne faut pas négliger la nana qui peut, d'une contraction du vagin bien sentie, reprendre la main sur son partenaire en pleine besogne. Et là, rira bien qui rira le dernier. Sans oublier les possibilités que laisse la liberté des mains, capables de pincer, caresser et tripatouiller tout ou partie de la surface de peau  laissée à leur disposition. Là encore, il ne faut pas se fier aux apparences ni avoir une vision aussi manichéenne des choses.
    Car ce qui est vrai chez les uns l'est également chez les autres... à la différence près que les mecs n'ont pas de vagin mais des muscles fessiers qui peuvent s'avérer particulièrement efficaces... N'est pas soumis celui qu'on croit, si tant est qu'une relation sexuelle s'analyse exclusivement en un rapport de domination, ce qui est loin d'être exact. Bon, il y a des cas particuliers... Mais personnellement me faire fouetter à coup de fil de fer barbelé la tête pendue en bas et ligoté comme un saucisson avec des câbles d'ascenseur, no way !

    Voilà pour l'essentiel. J'en oublie sûrement tant le sujet est vaste. Je pense néanmoins avoir dressé un panorama des principales idées reçues et, tel Saint Michel pourfendant le Dragon,  rétabli des fragments de vérité dans cet océan  d'ignorance. Et si cela peut donner des idées à certains...

    9 commentaires:

    1. Wahooo... Surprenant...
      J'avoue être curieux de savoir d'où t'es venu l'idée d'écrire ce billet???
      C'est quoiqu'il en soit très instructif.

      RépondreSupprimer
    2. Est-ce que tu as remarqué qu'en changeant 4 lettres à fromage, ça fait sodomie ?

      RépondreSupprimer
    3. Ouais, ben ça c'est pas un truc de pédés...
      J'aime beaucoup ton illustration, quelque chose de Douglas Sirk rencontrant les Desperate Housewives.

      RépondreSupprimer
    4. Méchant Chimiste6 septembre 2009 à 21:34

      Deux points de détail :
      Primo, nul n'est figé dans un rôle a priori, les goûts évoluent, et on peut aussi trouver son petit plaisir deux deux côtés de l'imbrication
      Secundo, l'essentiel est de trouver son petit plaisir, justement, qu'importent les moeyns (libres en consentants, cela va de soi !)

      ;o)

      RépondreSupprimer
    5. Voilà un passage en revue pénétrant et assez complet sur la question. :)

      RépondreSupprimer
    6. @ Le Chef : Instructif donc... attend un peu la suite, tu ne seras pas déçu du voyage ^^

      @ Anonyme : Mais enfin, ça ne te protège pas !! :D

      @ Eric : C'est du cousu main figure toi... J'avais vu une image semblable dans un Fluide Glacial je crois. Le miracle que tu admires n'est autre que la conjugaison du génie à l'état pur (si si si...), conjugué avec la grâce salvatrice de Google et Ph*t*sh*p.

      @ Méchant Chimiste : Effectivement, cela méritait d'être souligné... Le cul c'est comme en cuisine : c'est comme on aime :p

      @ Pingui : Héhé... J'essaie toujours d'aller au fond des choses ^^

      RépondreSupprimer
    7. Ah ! cher Tambour, quel billet rafraîchissant et salvateur en réponse à tous ces vilains colporteurs de clichés, ces sots d'hommes, égos mortellement obtus !

      RépondreSupprimer
    8. Intéressant ce billet, mais il manque un élément essentiel: la prostate, la stimulation de la prostate par une teub lors d'une sodo amène à l'orgasme anal masculin (différent de l'orgasme de l éjaculation)

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !