• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 30 juillet 2011

    La pub nase et l'effet kiss-cool

    Hier à la télé j'ai vu une assez mauvaise pub pour un yaourt liquide lui même plutôt pas très bon. On y voit une maman boire le fameux yaourt à même la bouteille comme une grosse truie assoifée, lorsque surgit son adolescent de fils qui lui fait remarquer que "oué bon quoi...c'est son yaourt liquide quoi... fait iech la reum !" attestant ainsi d'un sens déjà aigu de la propriété, du moins tant qu'il s'agit de la sienne et d'une totale ingratitude à l'égard de sa génitrice qui lui a sûrement acheté sa merde en tube. Il y parfois des baffes qui se perdent...  La pub est assez mal réalisée et les comédiens jouent encore plus mal que dans un épisode de Hélène et les Garçons : pas de trace de yaourt sur le pourtour des lèvres alors qu'elle vient de s'empiffrer, pire elle ne fait même pas semblant de déglutir alors qu'elle est sensée boire (alors comme ça madame n'avale pas ?), le mec ressemble à rien et en plus je suis sûr qu'il s'épile le torse, bref... une catastrophe proche du néant artistique qu'est le dernier (oui, espérons qu'il le sera) clip de Afida-Lesly Turner. Prise la main dans le sac et pour se sortir de ce guêpier la matrone tente de faire diversion en énumérant les qualités du produit : c'est bon, c'est plein de vitamine, de calcium et de tout un tas d'autres trucs super-géniaux qui feront de toi un homme, un vrai, solide et costaud, paré pour affronter la vie qui, ho non mon fils, n'est pas un long fleuve tranquille...

    Ca c'était le premier effet kiss-cool. Car malgré sa mièvrerie cette pub m'a renvoyé à la gueule un second effet kiss-cool pas forcément agréable pour le papa qui sommeille peut être en moi. Non pas que je désire spécialement l'être pour le moment, mais ma situation fait que vraisemblablement je ne le serai jamais. Ainsi que je l'écrivais il y a un an et demi :

    Non, jamais je ne verrai grandir des enfants dont je serai fier, qui me causeraient tout autant de tracas qu'ils me procureraient de bonheurs indicibles. Jamais je ne comprendrai les affres de l'enfance dont la plupart de mes amis éprouvent en ce moment les joies.
    Jamais je ne me réveillerai la nuit en pleine angoisse par ce qu'il m'a semblé entendre des pleurs dans la chambre d'à coté. Jamais je n'aurai droit à un vilain cendrier en pâte à sel pour la fête des pères, ni ne mentirai sur l'existence du père noël, ni ne me réjouirait de les voir grandir tandis qu’ils observeraient mon visage se strier des rides ingrates du temps qui passe.
    Alors que beaucoup de mes amis sont engagés dans la construction d'une vie familiale qui les détache de certaines contingences désormais obsolètes, je reste à quai, dans l'immobilité et la stagnation d'une existence monocorde. Ce sont aujourd’hui des petits rien qui imperceptiblement pourtant nous séparent progressivement, nous éloignent, insensiblement, mais sûrement.
    Ma vie ne sera jamais comme la leur. Jamais.
    Ma vie ne sera jamais celle de cette fausse mère qui se préoccupe de la santé de sa progéniture et veille à son équilibre alimentaire. J'aurais beau analyser la question, essayer de me mettre à la place des parents, je ne comprendrai jamais vraiment ce que cela signifie, ce que cela implique. Ce sont des sujets qui m'échapperont toujours, des questions auxquelles je n'aurai jamais de réponse. Je le répète : je ne désire pas avoir d'enfant, pas pour l'instant. Mais ce qui me désole c'est de voir le fossé qui se creuse et l'incompréhension qui l'accompagne s'accroitre avec lui.

    Elle est vraiment nase cette pub...

    15 commentaires:

    1. oui je viens de la regarder deprimant, manque de creativité, individualisme
      bref yop c'est naze

      RépondreSupprimer
    2. je regarderai la pub à la nuit, mais le p'tit loulou que tu nous as mis, à la cuiller ou à boire, "ça" m'irait!!^^

      RépondreSupprimer
    3. Ça doit fonctionner, pour une tranche d'age cette pub.
      Comme pour le même produit, il y a 50 ans, avec Lorànt Deutsch en guest star !
      :)

      RépondreSupprimer
    4. Je connais bien ce fossé qui se creuse inexorablement au fur et à mesure que les amis deviennent parents... Effectivement, les préoccupations ne sont plus les mêmes et l'éloignement progressif est inéluctable. On a beau en avoir conscience, ce n'est pas très facile à vivre.

      RépondreSupprimer
    5. Autant la pub dont tu parles ne m'a jamais ému autant que toi, autant le lien vers Afida-Lesly Turner dont tu nous as gratifié m'a conforté dans l'idée que j'ai de la chance d'être homo... Si je ne l'avais pas été, je crois que j'aurais eu envie de changer de sexualité rien qu'en voyant le clip !

      RépondreSupprimer
    6. Tu vois, Tambour Major, à la fin de la lecture de ton billet, je me suis dit : "tu aurais pu tout aussi bien l'écrire". J'avais exactement la même pensée que toi. Chapeau en tout cas :)

      RépondreSupprimer
    7. J'affectionne ce billet tout particulièrement. Tu as un don de narration incroyable!!! Je ne m'attendais pas à la chute de cette vérité si cruelle qui, parfois, ronge certains d'entre nous.

      Je vais reprendre le fil de ton billet pour te faire part de mon simple avis, moi non-blogueur et sans doute un peu simplet ;-)

      La pub en question m'énerve. Déjà que voir la pub en général insinue que tu étais bien assis devant un bon programme bien intéressant et que tu te coltines la page publicitaire à hésiter d'aller aux toilettes ou grignoter quelque chose de peur que quand tu te lances, le programme reprend. Du coup, ça te frustre encore plus!!! (oui j'ai la possibilité de mettre en pause mais ma box n'en fait qu'à sa tête). Mais cette pub encore plus!!! Combien de fois, j'ai pris la voix de la mère en disant : "c'est pas ton yop, c'est le mien, je l'ai payé en faisant mon boulot et je le paierai encore pendant des années car tu vas faire ton Tanguy à cause de la crise" (tout ça est à prendre au second degré bien sûr)

      Enfin bref, pub bien nase, irrespectueuse et acteurs (si on peut les appeler ainsi) pourris. Flush, circulez, y a mieux à voir!

      Pour ce qui est du clip d'Afida Turner, enfin la Leslie de loft story, quelle daube!! Mais j'ai rigolé en la voyant, ça m'a rappelé un reportage où elle ne voulait pas être filmée à côté des poubelles à son arrivée!! Et les paroles de la chanson, un grand cru lol!!!

      J'aurai bien voulu trouver une transition pour arriver au troisième point de ton billet mais je n'ai ni ton talent ni ta faculté narrative. Cependant, je comprends et je partage ton point de vue. Nous sommes les "pères" des autres que ce soit les nièces, neveux ou enfants des ami(e)s, les nounous de substitutions le temps de quelques minutes ou quelques heures ou plus.

      Pendant mes vacances, j'ai inventé un scénario de cape et d'épées à grand renfort de branches d'arbres avec la fille de 5 ans de ma meilleure amie pendant que ses parents vaquaient à une autre occupation. J'ai réussi à faire manger le fils d'un ami qui désespérait de ne pas parvenir à faire manger son enfant de deux ans. Ces moments étaient beaux mais révélateurs d'un fait que mes parents s'obstinent à me balancer à chaque fois que je vais leur rendre visite : "bon comme t'es gay et qu'en plus tu es le seul fils de la famille tu n'es même pas capable de me donner un petit fils pour perpétuer le nom patronymique! Au moins tu pourras t'occuper de tes neveux et nièces"

      Car la vie fait que bien sûr on choisit d'être gay, bien sûr comme on est homo on ne veut pas d'enfant (le gouvernement nous a rappelé récemment qu'on n'était pas un pilier stable dans l'univers familial) et bien sûr comme on n'a pas d'enfant, on ne connaît rien de la vie comme certain(e)s ami(e)s vous le disent si bien car avoir un enfant c'est l'épanouissement, la concrétisation matérielle d'un amour entre deux êtres de sexe opposé.

      Nos vies ne seront sans doute jamais comme la leur. Mais tout est possible et eux ne savent pas la force et les ressources que l'on possède. La vie on la connaît et surtout ses mauvais côtés quand il est tellement simple de rejeter au lieu de comprendre ou d'accepter.

      Désolé de m'être éternisé, comme tu le dis Tambour, elle est vraiment nase cette pub.

      RépondreSupprimer
    8. Je ne crois pas qu'il faille tenter un parallèle entre une vie avec et une vie sans enfants. Je ne crois pas que le fossé se creuse à ce niveau là. Même si les préoccupations quotidiennes d'un père de famille ne sont pas forcément les mêmes que celle d'un homme sans enfant (et encore, je n'en suis pas certain), il me semble que la "différence" va bien au-delà de cette simple "anecdote" d'avoir ou pas des enfants. Ce que j'écris peut faire réagir, pourtant je crois fondamentalement que ne pas avoir d'enfants n'est pas ce qui nous sépare des autres, ceux qui en ont (et en filigrane dans ton texte, des hétéros). Je crois que notre différence tient davantage dans la vision, dans l'idée que nous nous faisons de la vie, des responsabilités, des champs des possibles qui s'offrent à nous. Avoir ou pas des enfants est avant tout un choix. Que l'on soit gay n'empêche pas d'en avoir. Ce qui empêche d'en avoir c'est de ne pas en vouloir.
      En ce qui me concerne, mon choix est fait : je ne veux pas d'enfants parce que cela ne fait pas partie de ma "perspective de vie". Je ne veux pas m'engager dans cette aventure, et j'assume le fait de ne pas prendre cette responsabilité énorme qu'est celle d'élever un enfant.

      RépondreSupprimer
    9. Je n'avais pas envisagé la chose sous un tel angle, c'est vrai que voir grandir un enfant a quelque chose de magnifique. Le voir s'épanouir, découvrir, apprendre et devenir l'adulte qu'il sera... De ce côté là, c'est vrai que ça "pourrait" (avec de grands guillemets) me manquer. Mais je ne veux définitivement pas d'enfant... En avoir demande à mes yeux de pratiquement sacrifier sa vie pour eux et ça, je n'en ai vraiment pas l'envie. On va me traiter d'égoïste ? Il paraît que faire des enfants est aussi un comportement egoïste, on le fait d'abord pour soi... Donc, j'suis en paix avec ma conscience.

      RépondreSupprimer
    10. Cette pub aussi naze soit-elle reflète cependant une attitude très commune de l'adolescent boutonneux et un certain abandon éducatif d'une grande majorité de parents...

      Ton texte passé sur les enfants est très percutant de même que le commentaire de ek91.

      RépondreSupprimer
    11. J'ai ce même ressenti d'un fossé qui se creuse progressivement avec les amis ou collègues de ma génération qui ont des enfants. Mais il en va différemment avec mon frère et ma soeur qui sont devenus ou sont en passe de devenir parents. C'est en grande partie parce que j'ai du plaisir à voir ma nièce, et que je me dis que je pourrai sans doute avoir une petite place dans sa vie et son éducation, par exemple en lui faisant découvrir des choses que j'aime.
      Je pense qu'en tant que gay les possibilités de devenir parent restent très limitées, à moins d'être prêt à s'engager dans des schémas compliqués et à faire de gros sacrifices. Personnellement, je n'ai pas pour le moment de manque par rapport à des enfants, car le fait d'en avoir est resté très virtuel jusqu'à présent.
      Je crois qu'une des grandes différences entre ceux qui ont des enfants et ceux qui n'en ont pas, c'est que les seconds ont et auront beaucoup plus de temps pour eux.
      Ah et pour le clip d'Afida Turner, je suis presque désolé pour elle que ça soit si mauvais tant elle a l'air d'y croire et d'y aller à fond.

      RépondreSupprimer
    12. Il me faut réagir sur ton post...
      Tout le monde peut devenir père, même les gays, c'est juste une question de choix ou de possibilités (quand on est stérile ...)
      Il est clair qu'à la naissance de l'enfant notre vie est bouleversée, on se concentre plus sur les besoins du petit mais dès qu'il devient autonome la vie peut reprendre son cours avec des horaires quelque peu modifiées. Il est normal pour les parents de s'adapter au rythme de l'enfant car mine de rien c'est fatigant de toujours vouloir rester au top. Il est évident que les activités quotidiennes sont différentes car on ne vit plus pour nous mais pour eux... et qu'il nous faut des fois refuser des sorties resto, des sorties boîte.
      Comme notre vie tourne autour d'eux, les conversations aussi, ce qui peut être chiant pour les gens qui n'ont pas d'enfant...
      Non, non, loin de moi de faire un joli tableau de la paternité. Il y a des gens qui ont ça dans le sang et d'autres qui ne sont vraiment pas faits pour être parents.
      L'essentiel dans la vie, c'est de faire comme Afida Turner croire qu'on a du potentiel et d'exploiter le filon... Bon, là, elle a touché le fond... il faut vraiment qu'elle arrête les dégats !!!
      Pour la pub, je ne me sens pas concerné, j'ai simplement appris à prendre du recul face à ces conneries. Je me dis simplement "mais comment faisaient nos ancêtres ???" ou "comment peut-on être si naïf ???"

      RépondreSupprimer
    13. En lisant ton article, j'ai pensé tout de suite à la fameuse pub de Lactel :"Dis papa c'est quoi cette bouteille de lait ?"..." Dis papa comment on fait des bébés ?" lol

      RépondreSupprimer
    14. @ Fiuuu : J'ai envie d'en acheter, juste pour le fun ^^

      @ Nigloo : Mwoué, un peu trop lisse pour moi.

      @ Gildan : Clair que c'est bien ringard maintenant. Souvenir ! :D

      @ Glimpse : Heuruesement la vie et les relations sociales ne se limitent pas à cela.

      @ Loup : Emu, n'exagérons rien... Ce n'est pas Autant en emporte le vent non plus ^^

      @ JM : Les grands esprits se rencontrent ;)

      @ Damien : Hé ben, ça c'est du commentaire ! Il est preque plus long que mon propre billet :D Cela dit tu as raison de prendre ton temps, il y a de la place, et les commentaires sont là pour cela :)

      @ Ek91 : Je ne suis pas d'accord avec toi sur un point : avoir ou pas des enfants n'est pas toujours une question de choix. J'ai autour de moi de nombreux exemples de couples qui ont eu un enfant 'par surprise' alors qu'il n'était pas prévu. L'option qui se pose est de le garder ou pas ; c'est je crois une toute autre alternative bien plus complexe, avorter n'est pas un geste anodin. J'ai aussi quelques exemples de couples qui ont fait le choix d'avoir des enfants mais qui ne peuvent pas en avoir, à leur grand désespoir.
      En ce qui me concerne mon choix n'est pas arrêté. Et puis on peut très bien exercer sa paternité autrement qu'avec ses propres enfants : neveux, nièces, filleuls et filleules sont aussi là pour ça.

      @ Sephiraph : Il ne faut pas oublier que l'on vit dabord pour soi... Ton choix est tout aussi respectable que le choix inverse. Soyons heureux :)

      @ Poussin : En effet, elle reflète assez bien certaines choses qui m'énervent dans la relation parents-enfants.

      @ Endim : Avoir des enfants à élever prend pas mal de temps en effet. Cela rend aussi compliqué tout un tas de petites choses toutes simples tant qu'ils sont petits : aller au cinéma, aller prendre un verre avec les copains, être invités à dîner chez des amis... Les relations sociales se trouvent modifiées. On parle poussettes, couches-culottes, bobologie infantile, première dent... des sujets qui me sont d'un intérêt tout relatif il faut bien le reconnaître...

      @ Comdhab : Merci pour ton commentaire et ton témoignage. C'est vrai que tu es homme d'expérience :)

      @ Christophe : Ha oui tiens : dis Christophe, comment on fait les bébés ? :D

      RépondreSupprimer
    15. Je ne sais pas s'il faut être aussi catégorique... Perso, je n'ai pas un désir d'enfants actuellement, et je suis même célibataire, mais des changements sociétaux importants peuvent bouleverser notre position devant la question d'être père. Mères porteuses, adoptions... tout ça n'est qu'une question d'années pour que ce soit réalisable officiellement... donc ne soyons pas catégorique, on peut devenir papa à n'importe quel âge même si ce n'est pas aujourd'hui un désir, l'avenir réserve parfois des surprises

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !