• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 19 février 2009

    Blogging or not blogging ?

    Je suis toujours admiratif et secrètement jaloux des bloggeurs et bloggeuses qui parviennent à alimenter leur page de façon régulière sans que cela soit au détriment de la qualité de leur texte. Je ne sais pas trop ce dont cela atteste : de leur talent, de la prolixité de leur esprit, de la variété de leur vie sociale...? Sûrement un peu de tout cela à la fois. Mon inaptitude de ces derniers temps à écrire quoi que ce soit d'un peu piquant et incisif m'inquiète vraiment : suis-je en train de devenir intellectuellement médiocre, ou pire encore, suis-je en train de sombrer dans une médiocrité que je n'avais point sû diagnostiquer et qui me conduit inexorablement au mutisme ?

    J'ai pourtant une vie sociale assez bien fournie formellement mais qui pèche peut être un peu par l'indigence de son contenu : je ne vais que rarement dans des musées ou au théâtre, bouquine assez peu en ce moment, vais au cinéma lorsque l'on m'y pousse c'est à dire une à deux fois par mois en ce moment, ne vais au concert que très occasionnellement... triste bilan ! En réalité, je passe le plus clair de mon temps au boulot, reclus dans un bureau où les taches du quotidien m'ennuient plus qu'autre chose, hormis lorsque je fais cours avec les étudiants, seules occasions qui me soit données de faire phosphorer ma matière grise mais qui n'est que rarement générateur d'anecdotes intéressantes. A mois que je ne vous raconte l'article 242 du Code civil ou le régime du cautionnement personnel, mais je doute du résultat...

    Tout de même, pour ne pas noircir un tableau qui ne me parait en réalité que gris clair, je vois pas mal d'ami/e/s durant la semaine, discute avec pas mal de gens sur le net, écoute des hectomètres de musique, je ne suis pas non plus un ermite ou un ascète desséché par l'hermétisme de son existence. Je suis même plutôt le contraire. Mais toujours est-il qu'il m'est parfois difficile de trouver le souffle pour noircir une page.

    Dès lors, la question est simple : que raconter lorsque l'on n'a rien à dire ?

    Question existentielle que bon nombre de mes coreligionnaires ont dû se poser à un moment ou un autre, et qu'ils se posent peut être eux même en cet instant. Car oui, il faut l'admettre, nos existences ne sont pas toujours aussi trépidantes qu'on le souhaiterait et ne suscitent pas quotidiennement des sujets pour alimenter un blog.

    Tressaillez de joie mes sœurs, éructez de joie mes frères, Tambour Major vous ouvre les arcannes du monde magique du blog, car il n'est pas de problème sans solution, et comme le dit le proverbe Shadok : s'il n'y pas de solution c'est qu'il n'y a pas de problème.

    Voici donc 5 techniques pour conjurer le mauvais sort, repérées de-ci et de-là au gré de mes pérégrinations.

    La première technique qui me vienne à l'esprit mais qui ne figurera ici qu'à titre informatif : le copy-bloggage, qui consiste à piller sans vergogne le blog d'autrui en lui piquant sans sourciller ses billets. Je ne m'étendrai pas davantage sur ce procédé dont la bassesse honteuse ne m'inspire que le plus profond mépris.

    La première véritable technique pour venir à bout d'une inspiration déficiente est d'une simplicité évangélique : le silent-o-bloggage. Certainement la plus rapide, cette technique secrète consiste à ne rien écrire du tout, mettre son blog en jachère et attendre que l'inspiration revienne par magie, car elle finit forcément par revenir... lorsqu'elle le veut bien ! Certains prétendent que clouer un labrador sur votre écran offre des résultats parfois spectaculaires. L'auteur de ces lignes décline toute responsabilité en cas de morsure...
    Avantage du silent-o-bloggage: on n'écrit rien qui ne nous satisfasse.
    Inconvénient : on n'écrit rien qui nous plaise non plus.

    Autre possibilité pour pallier à un déficit d'idées, le gesticulo-bloggage : poster un peu n'importe quoi pour occuper le terrain : une image, une vidéo, sous un prétexte plus ou moins fallacieux. Attention hein, il est tout à fait possible de poster ce genre de chose en ayant une bonne raison... Ce n'est pas toujours un stratagème de fuite !
    Avantage : ça fait joli, on donne l'impression d'avoir plein de choses à dire, on est hypra-busy, king of the world. Technique d'indigence qui peut facilement être camouflée : "Ho ouéé, z'avez-vu le super dessin que j'ai trouvé ? Il est trooooop fun !".
    Inconvénient : On ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick. Répété trop souvent, le subterfuge finit par se voir, ce qui est du plus mauvais effet. Surtout l'abus cette technique donne une étrange sensation de vide intellectuel, ce qui n'est en réalité pas tout à fait faux...

    Variante de la précédente, le forceps-o-bloggage, ou billet accouché dans la douleur : à force de cogitation intellectuelle laborieuse et peu inspirée, pondre une grosse merde inconsistante dont on n'est pas fier.
    Cette technique présente l'avantage de remplir l'espace avec quelques lignes parfois roboratives mais hélas souvent transparentes, vides de sens et présentant la propriété de faire fuir les lecteurs, ce qui en constitue le principal inconvénient.

    Une astuce intéressante à laquelle je me suis pour l'instant refusé mais que j'exploiterai certainement à un moment ou un autre, c'est la technique de l'éco-bloggage, dite encore technique du recyclage. Il s'agit tout simplement de ressortir d'anciens billets pour lesquels l'auteur éprouve une certaine fierté, qui ont suscité d'abondants commentaires et qui refera mouche à l'occasion de son dépoussiérage.
    Avantages : technique simple, efficace, rapide, résultats garantis... en principe.
    Inconvénients : suppose d'avoir un tout petit peu de marge de manœuvre... Cette technique est totalement proscrite avant un an de bon et loyal bloggage assidu.

    On peut aussi écrire un billet pour raconter qu'on n'a rien à dire, mais ça, j'allais pas vous le révéler tout de suite...smileys Forum

    2 commentaires:

    1. Merci pour cette classification et les remèdes. Personnellement j'adore le blog de Matoo et j'admire sa constance et sa régularité.
      Je viens de commencer un blog où je n'écris que 1 ou 2 fois par semaine et j'ai décidé d'introduire prochainement des contraintes en espérant qu'elles soient créatives (méthode oulipienne).

      RépondreSupprimer
    2. Tous les blogueurs connaissent des passages à vide, et puis l'inspiration revient.
      Tant qu'on a du plaisir à écrire et à communiquer, la vie est belle. :)

      Je découvre ton blogue et j'entreprends de tout relire depuis le début (enfin, ce qui est encore en ligne). :)
      Je ne suis pas couché, je crois...

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !