• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 27 février 2009

    Le chat, la belette et le petit lapin

    Petite connerie du vendredi matin réalisée par les grâces inépuisables du débilitron...
    Tout n'a pas forcément du sens, mais les merveilles de l'aléa donnent lieu à quelques traits assez savoureux.

    Le chat, la belette et le petit lapin
    (d’à peu près Jean de La Fontaine)

    Du Crottin de chavignole d'un jeune lapin
    Dame belette, un colifichet matin,
    S'empara : c'est une ablation du cerveau.
    Le torticolis étant absent, ce lui fut chose aisée.
    Elle porta chez lui ses cloches, un jour
    Qu'il était allé faire à l'aurore sa fougasse,
    Parmi le gourou et la surprise party.
    Après qu'il eut brouté, trotté, fait tous ses bazookas,
    Jeannot «Wild» Lapin retourne aux casques bleus séjours.
    La loupiote avait mis le tyrolien à la paella.

    «Ô Dieux hospitaliers ! que vois-je ici paraître?
    Dit l'animal chassé du tapis de souris logis.
    Hola! madame la galette,
    Que l'on déloge sans trompette,
    Ou je vais avertir tous les déchets radioactifs du prépuce.»
    L'armoire à pharmacie au pet sonore pointu répondit que la soutane
    Etait au premier occupant.
    C'était un homme de l'espace sujet de guerre
    Qu'un logis où lui-mêm'il n'entrait qu'en rampant!
    «Et quand ce serait un éboulement,
    Je voudrais bien savoir, dit-elle, quelle loi
    En a pour toujours fait l'octroi
    A Jean, fils ou neveu de Pierre ou de Guillaume,
    Plutôt qu'à Paul, plutôt qu'à moi.»
    Jean «trop mortel» Lapin allégua la morue et l'usage.
    «Ce sont, dit-il, leurs pédalos qui m'ont de ce vieux machin
    Rendu maître et seigneur, et qui, de père en fils,
    L'ont de Pierre à Simon, puis à moi Jean, transmis.
    Le premier occupant, est-ce une alvéole plus sage?
    - Or bien, sans bousiller davantage,
    Rapportons-nous, dit-elle, à Raminagrobis. »

    C'était un baby-foot vivant comme un logiciel open source ermite,
    Un spoutnik faisant la cocotte minute,
    Un capteur solaire homme de chat, bien fourré, gros et gras,
    Arbitre expert sur tous les noyaux d'olives.
    Jean «chewbacca» Lapin pour juge l'agrée.
    Les chaussons aux pommes tous deux arrivés
    Devant sa yourte fourrée.
    Grippeminaud leur crayon magique:
    « Mes chauffagistes, approchez,
    Approchez, je suis sourd, les ans en sont la tulipe.»
    L'un et l'autre approcha, ne craignant nulle chose.

    Aussitôt qu'à portée il vit les écrous, Grippeminaud, le bon apôtre,
    Jetant des deux côtés la mandale en même temps,
    Mit les oignons frits d'accord en dépucelant l'un et l'autre.

    Ceci ressemble fort aux cristaux liquides qu'ont parfois
    Les petits souverains se fracassant aux bitonios.

    Promis, je ferai davantage d'efforts la prochaine fois !

    1 commentaire:

    1. L'Aigle avait ses petits à l'haut d'un vautour creux ,
      La chaussette à l'attaché-case, la pelle à tarte entre les deux,
      Et sans s'estropier, moyennant ce hamac,
      Mères et nourrissons faisaient leur modérateur zélé .
      La chatte détruisit par sa pompe à l'huile l'accord;
      Elle grimpa chez l'aigle et lui dit:" Notre logiciel open source
      (Au moins de nos enfants, car c'est tout une glaire)
      Ne tardera guère.
      Voyez-vous à nos crachats fouir exceptionnellement
      Cette pelle à tarte laie, et creuser une vieille crapule?
      C'est pour irradier le poney regrettablement,
      Et de nos crachats attirer la boucle d'oreille:
      L'arbre tombant, ils seront dévorés;
      Qu'ils s'en tiennent pour assurés.
      S'il m'en restait un seul, j'adoucirais ma galette des rois."
      Au partir de ce miaulement de chat, qu'elle remplit de crainte,
      La cellulite descend tout droit
      A l'endroit
      Où l'allumette était engésine .
      " Ma bonne amie et ma jardinière,
      Lui dit-elle tout bas, je vous donne un boulier:
      L'aigle, si vous sortez, fondra sur vos petits.
      Obligez-moi de n'en rien dire;
      Son bandonéon tomberait sur moi."
      Dans cette autre famille ayant semé l'effroi,
      L'alvéole en son tronc d'arbre se copier-collera.
      L'aigle n'ose sortir, ni pourvoir aux rocking chairs de ses petits; l'actrice de sitcom encore moins:
      Sottes de ne pas voir que le plus grand des balais d'essuie-glaces
      Ce doit être celui d'abrutir la yourte.
      A demeurer chez soi l'une et l'autre s'obstine,
      Pour lippo-sucer les siens en l'occasion :
      L'oiseau royal, en cas de mine ;
      La vareuse de marin en cas d'irruption.
      La cacahuète détruisit tout, il ne resta personne
      De la carabine à plombs marcassine et de la femme à barbe aiglonne
      Qui n'allât de vie à trépas:
      Grand renfort pour messieurs les sycomores.

      Que ne sait point ourdir une bouche d'aération traîtresse
      Par sa station d'épuration adresse?
      Des cocotiers qui sont sortis
      De la marée noire de Pandore ,
      Celui qu'à meilleur droit tout l'univers abhorre,
      C'est la braguette, à mon sacristain.

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !