• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • L'Oiseau Bleu
  • 23 août 2010

    Tambour Major en Savoie - 1ère Partie

    Après avoir quitté les bords du Lac Leman, me voici en route vers le sud à destination de Saint Jean de Maurienne en Savoie, où m'attend Revigo.
    Contrairement à Olivier, Revigo n'est pas un blogueur. Nous nous sommes connus sur un forum et avons souvent discuté. On s'était promis de se voir et de poursuivre de vive voix toutes les conversations que nous avions pu entreprendre. Vaste programme ! Le hasard faisant souvent très bien les choses, c'est aussi un ami de Damien qui m'avait accueilli chez lui à Paris en juin dernier et qui devait nous rejoindre le surlendemain.
    Après avoir papoté jusque assez tard avec mon hôte à la faveur d'un bon repas et d'une nuit à la douceur fort agréable occupée en grande partie à bavarder dans le jardin, je me lève en pleine forme, entouré de montagnes aux formes familières. J'ai toujours été frappé par la puissance des forces telluriques qui ont sévi ici. Les cimes aux flancs dénudés dévoilent leurs entrailles faites de strates sinueuses pliées et repliées aussi souplement que s'il s'était agit de pâte à tarte. On se sent bien peu de choses lorsque l'on y pense.
    Un petit déjeuné au beurre demi-sel et un café plus tard nous partons faire un tour dans Saint Jean de Maurienne, de sa Cathédrale et son très joli cloître attenant, du Palais Episcopal et des ruelles du centre ville. Où que l'on porte le regard l'horizon est borné par l'immense et majestueuse silhouette des Alpes.


    Nous prenons ensuite la voiture qui nous conduit au départ d'un sentier de randonnée menant à l'Ecot, un charmant petit village dont les maisons de pierres se blottissent aux confins de la vallée, dernière escale avant le bout du monde. Autour de nous les marmottes rieuses sifflent sur notre passage sans se laisser voir. Elles doivent pourtant être nombreuses ! Au village nous croisons un joli petit bourriquet. Je m'arrête pour lui dire bonjour et ne résiste pas au plaisir de lui gratter la tête à travers la palissade. Visiblement il est tout content et se met à hocher du chef pour que je le grattouille encore. Je ne me fais pas prier. Je l'aurais bien ramené avec moi, mais il se serait senti bien malheureux dans mon appartement en centre ville...


    D'ici la vue sur la vallée est superbe, en dépit des nuages qui menacent. Il y a quelques années le village était en ruines. Seule la chapelle restait debout. Depuis quelques temps d'importants travaux de restauration ont été entrepris qui redonnent une seconde vie à ce hameau, perdu au milieu de nulle part. Un coin de paradis pour qui aime le calme, l'isolement et les stridulations des marmottes !


    Au retour nous faisons halte pour saluer la redoute Marie-Thérèse à Avrieux. Il s'agit d'un fort construit sur un promontoire rocheux par  le Royaume de Savoie entre 1817 et 1833,  avant son rattachement à la France. Paradoxalement ce site exceptionnel, défi architectural tant les contraintes topographiques sont impressionnantes,  n'a jamais servi ! Depuis la route qui en fait le tour, les points de vue donnent toute la démesure de ce projet pharaonique.


    J'ai trouvé cette vidéo très intéressante sur Dailymotion qui explique le pourquoi du comment et surtout donne une vision beaucoup plus dynamique des proportions de Marie-Thérèse :


    Dernière halte par la coopérative laitière avant de rentrer. Nous faisons le plein de fromage : Beaufort d'été, tome vieille et autre fromage frais seront à l'honneur ce soir. Fichtre que c'est bon ! Et demain nous irons chercher Damien à la gare de Chambéry. C'est chouette les vacances !

    A suivre...

    7 commentaires:

    1. Si j'ai le malheur de retourner un jour à Beaufort, je suis capable d'en ramener un entier, Beaufort d'été! Les beaux endroits sont encore à l'honneur avec tes superbes photos, j'aurais bien imaginé cette forteresse au Tibet ou ailleurs en orient. Et tu as résisté à l'envie de ramener cet âne au regard si craquant. Tu es magnifiquement raisonnable.

      RépondreSupprimer
    2. Très cher,
      Quand on est à St jean de maurienne, on fait un passage obligé par Valloire et le col du Galibier, c'est trop beau. En plus, à Valloire, il y a un bar où l'on pâssait des soirées de fous ! Le bar de l'Hotel du Centre, un des serveurs s'appelait Damien.
      A l'occasion, vas y !
      biz et bnes vacances

      RépondreSupprimer
    3. Très joli reportage. Celà me donne envie d'y aller faire un tour. Mais je crois que le narrateur y est aussi pour beaucoup.

      RépondreSupprimer
    4. Aaaarf, si j'avais su, on aurait surement pu se voir =) J'étais pas très loin :) Demande à l'ananas ;)

      La maurienne, ca me rappelle ma plus grande gamelle à ski... J'aime pas :) Je préfère Dame Tarentaise, de l'autre côté ;)

      RépondreSupprimer
    5. Ah les Alpes!! Que de balades au départ de Pralognan avec mes filles sur les épaules, les marmottes, les chamois...Et les nuits passées en refuge, que du bonheur!!

      RépondreSupprimer
    6. Très jolies photos. Surtout celles du cloître, qui respirent le calme et la méditation.

      La Savoie a fêté le 150e anniversaire de son rattachement à la France. Tu l'as fêté aussi à ta manière. :)

      RépondreSupprimer
    7. @ Flavien : J'ai eu la même réaction que toi en voyant la forteresse : j'ai cru un instant que j'étais quelque part au Tibet... Le Beaufort d'été est succulent. En ramener un en entier suppose un sacré budget et de rouler les vitres ouvertes. Sinon gare à l'asphyxie ! :)

      @ Corto74 : On est passé par le Galibier, même si je n'en ai pas parlé. Hélas j'étais là bas pour 3 jours seulement, il a fallu faire des choix. Et je en t'apprends rien en disant que choisir, c'est exclure...

      @ Gouli : L'endroit est magnifique. J'y reviendrai volontiers, mais plus longuement cette fois. 3 jours c'est trop court.

      @ Kindgay : Arf... même si je l'avais su, le temps imparti ne me l'aurait pas permis. Je n'ai même pas eu le temps d'aller saluer mes cousins qui habitent pourtant non loin de là...

      @ Nigloo : Oui, la montagne, rien de tel pour de bonnes balades.

      @ Olivier : J'ai beaucoup aimé ce cloitre en effet. La lumière se reflétait sur la pierre blanche de façon magnifique. Et oui, j'ai célébré à ma manière l'anniversaire de la Savoie :)

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !