• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 19 février 2011

    Comme si de rien n'était

    Hier soir, tard, une bouteille de vin débouchée sur la table du salon. Je suis chez une copine après que nous sommes revenus au cinéma.  Comme d'habitude la lumière est agréablement tamisée, moi vautré sur le canapé, elle blottie dans un fauteuil. On parle de sa famille, de nos parents, de choses  plus personnelles aussi.

    Nous sachant mutuellement en confiance et très complices nous parlons d'une multitude de choses,   de  cul, du dernier mec avec qui elle passé la nuit, de ce serveur qui la drague à la pause déjeuner, mais aussi des phases de désert où le premier qui passe est le bienvenu. La conversation se poursuit  sur nos plans réguliers et lui avoue en avoir quelques uns en stock, ce à quoi elle répond par un sourire amusé. "Quel tombeur" me confie-t-elle un rien narquoise. On rit. Pendant ce temps le chat s'excite tout seul avec une bille de terre cuite. Entre deux volutes bleues, elle nous ressert un peu de vin.

    Je ne sais plus trop de quoi nous étions exactement en train de parler à ce moment là, peut être du plaisir que l'on éprouve à chasser et jouer de notre séduction ou de nos plans catastrophiques, mais ce qui est sûr c'est que sa phrase se terminait par "et puis ça dépend de la nana". L'occasion était trop belle et je lui répondis le plus sereinement du monde : "Non, là c'était un mec".

    Tirant sur sa cigarette, elle a souri. "Je n'en étais pas sûre, mais je m'en doutais". Oui, elle s'en doutait. Nous n'avions jamais engagé le sujet aussi ouvertement me fait elle remarquer. C'est vrai. Contrairement à ce à quoi je m'attendais, je n'ai pas ressenti ce sentiment désagréable de nudité, de malaise froid, ni l'impression de révéler une chose de terrible. Non. Juste une mise au point pour dissiper un éventuel malentendu. Puis la conversation a repris son cours. On a continué à parler cul,  mecs et de tout un tas d'autres choses, comme si de rien n'était.

    21 commentaires:

    1. Ben voilà une belle chose de faite !!
      "elle est pas belle la vie" !!
      sacré Tombeur Majeur !!

      RépondreSupprimer
    2. Mais ça alors, qui l'aurait cru ... xD

      RépondreSupprimer
    3. Quand il n'y a ni suspicion (maladive), ni aucune inquisition, ça se passe comme ça...

      Bel emploi d'après que + indicatif par ailleurs :)

      RépondreSupprimer
    4. C'est certainement la plus belle façon de le dire, avec la spontanéité et la sincérité dont tu as pu faire preuve. Et puis pense à cette petite bande dessinée, ce jour où le bonheur arrivera sans prévenir...

      RépondreSupprimer
    5. Il n'y a pas 36 manières de l'annoncer (si tant est qu'on doive en faire une "annonce") et lorsque ça se coule dans la conversation, c'est ce qu'il y a de mieux, certainement parce que c'est naturel.

      RépondreSupprimer
    6. C'est la plus belle facon de l'annoncer. Tout naturel. Et j'imagine que sur l'instant tu as apprécié.

      RépondreSupprimer
    7. Tu vois, finalement, un non-événement. Et une marque de confiance. Bravo garçon. Ce n'est que le commencement. Mutatis mutandis...
      Le captcha m'a proposé "undar" c'est un signe ;-)

      RépondreSupprimer
    8. "...On a continué à parler cul, mecs et de tout un tas d'autres choses, comme si de rien n'était..."
      Et ensuite ...et ensuite ....
      :))))

      RépondreSupprimer
    9. Elle est trop belle la vie! Et le bonheur de le dire, simplement, naturellement, sans arrière pensée, est ce que pas aussi bon que de l'être...?

      RépondreSupprimer
    10. Belle façon de dire les choses naturellement car après tout c est naturel, c'est la (ta) vie et on a less amis que l'on mérite

      RépondreSupprimer
    11. Oui c'est un joli moment quand on peut se dire que le mot "annoncer" n'est pas même pas adapter

      RépondreSupprimer
    12. Vous avez bien raison tous les deux. Dédramatisons nos vies !

      RépondreSupprimer
    13. Ah, c'est très chouette quand ça se passe comme ça, content pour toi !

      RépondreSupprimer
    14. C'est d'ailleurs très bien quand ça se passe de cette manière-là.

      RépondreSupprimer
    15. Quoi? tu es pd?
      Beurk, je ne reviendrai plus jamais ici tapette :DDD

      RépondreSupprimer
    16. Comme toujours une belle plume pour capter ce moment presque anodin quand le réel prend une épaisseur particulière, presque savoureuse!
      Quel plaisir de vous lire, Tombeur-Major!

      RépondreSupprimer
    17. Moi ce qui me sidère c'est que tu puisses avoir une conversation sur des sujets intimes avec une amie sans que ton orientation sexuelle n'ait jamais été préalablement évoquée!!Il me semble qu'avant de parler cul avec quelqu'un il faut déjà bien connaître cette personne et donc savoir ses préférences, non? En plus, si tu n'affiches pas la couleur dès le départ, n'y-a-t'il pas risque de quiproquo, de confusion? Tu ne devrais pas avoir peur d'aborder le sujet avec une personne avec qui tu commences à sympathiser. Si cette personne te rejette à cause de ton homosexualité, c'est qu'elle n'est pas digne de ton amitié. C'était le conseil du jour du Dr Dequoijmemêle. Bonsoir.

      RépondreSupprimer
    18. @ Francis : Je l'ai toujours dit ;) (je parle de la vie, le reste il ne m'appartient pas d'en juger).

      @ Nigloo : Quelle clairvoyance !

      @ Pierre : Poil au...?

      @ Frankonorsk : C'est bien ça qui m'a facilité la tâche : ne pas être saturé de questions et avoir l'impression de satisfaire à une curiosité déplacée.

      @ Un autre Fred : Heu... De quelle bande dessinée parles-tu ?

      @ Glimpse : 36 manières de l'annoncer ? Ho, je dois bien pouvoir en imaginer une quinzaine. Mais 36 non, c'est exagéré en effet ;)

      @ Gouli : Ca m'a fait l'effet d'enlever une paire de chaussures trop petites pour en mettre une autre à ma taille. Oui, c'est trivial mais c'est vraiment comme ça que je l'ai ressenti.

      @ Eric : Un "non-événement" en effet. C'en fut un car les enjeux étaient clairs : absolument aucun.

      @ Gildan : Et ensuite l'alcool a fait son oeuvre : je ne me souviens plus :))

      @ Revigo : Je n'ai pas vraiment éprouvé de "bonheur" à le dire. Juste un mieux être. Une plume de plus du bon coté de la balance.

      @ Eau Sauvage : Ce sont eux qui sont méritants de me supporter.... Je ne suis pas facile tous les jours.

      @ Joss : Absolument. Ce n'était pas du tout une annonce mais bien, comme je l'ai écrit, une précision pour dissiper un malentendu. Rien de plus.

      @ Ek91 : Sacré slogan que tu tiens là ! J'adopte !

      @ Jonathan D. : Merci. Les dés étaient pipés : je savais à peu près comment ça allait se passer. Le terrain était sondé et analysé d'assez près.

      @ Doreus : Oui. Ca devrait toujours se passer ainsi. A vrai dire cela s'est toujours passé ainsi pour moi... J'ai sûrement beaucoup de chance.

      @ Kittounet : On parie que tu reviendras ? :D

      @ Nicopompus : Le moment était joli par lui même ;)

      @ Bénédicte : Avoir une conversation sur des sujets intimes avec une amie sans que mon orientation sexuelle n'ait jamais été préalablement évoquée ? Je t'assure que c'est vraiment très facile.. Dire à quelqu'un qu' on est Gay tout-de-go ce n'est à mon sens pas du tout la même chose que de dire qu'on est végétarien ou agnostique. Les enjeux ne sont hélas pas les même car quoiqu'on en dise et tout tolérant que l'on s'affiche, un petit relent homophobe flotte toujours dans l'air. Si c'était réellement si simple et dénué d'enjeux, crois-tu que l'immense majorité des homos vivrait dans la plus totale discrétion ?

      RépondreSupprimer
    19. Han!!! t'es homosexuel alors ????

      RépondreSupprimer
    20. @ PascalR : Tais toi donc et viens plus près... ^^

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !