• A propos
  • M'écrire
  • Facebook
  • Instagram
  • Lutte Nuptiale
  • Premières fois
  • Identités Singulières
  • Twitter
  • 12 février 2011

    Courrier des lecteurs

    Régulièrement je reçois dans ma boite à lettres des petits messages venants de certains d’entre vous qui me lisez. Cela me fait toujours très plaisir de pouvoir nouer un contact un peu plus personnel en off. Car, oui, sache toi qui me lis en ce moment même que je t’aime comme un fou comme un soldat, comme une star de cinéma t’apprécie et que tu as droit à toute la gratitude dont je suis capable. C’est-à-dire autant qu’il y a de fausses notes dans une chanson live de Lâam.  
    Si l’essentiel de mes lecteurs se situe en Europe, d’autres sont disséminés un peu partout dans l'immensité de la galaxie sur le globe. Aussi cette semaine c’est un lecteur Burkinabé qui prend sa plus belle plume pour me déclarer sa flamme et me proposer la bienveillance de ses services.

    Joignant le geste  à la parole, c'est la tête ornée de mon plus beau diadème que je me saisis de mon clavier et m'empresse de répondre à cet admirateur :

    Bonjour cher Ami,
    Bonjour cher admirateur inconnu.
    Vous m'excuserez de ne pas employer à votre égard le terme "ami" qui suppose un degré minimal d'intimité que nous n'avons pas encore atteint. Laissons le temps faire son oeuvre. Sans chercher de prime abord la querelle - cette occasion nous sera fournie très rapidement rassurez-vous - permettez-moi d'exprimer en outre mes plus vives réserves à l'encontre de ce procédé rhétorique consistant à délibérément placer le ton sur le registre de la franche camaraderie alors que rien a priori n'y invite. Ce motus operandi est hélas d'autant plus désagréable que d'une totale innocuité. Je vous appellerai donc par votre prénom, ce qui me semble un bon compromis entre courtoisie et le rapport de proximité auquel vous semblez si attaché.

    Je sais que cette lettre vous parviendra telle une surprise, pour la raison que nous ne nous connaissons pas, mais soyez rassuré je ne viens pas avec de mauvaises intentions.
    Une surprise ? Je ne voudrais pas briser vos illusions trop vite. Disons plutôt que je découvre votre courrier avec curiosité en lui accordant tout l’intérêt dont il est digne. Quant aux bonnes intentions alléguées, je ne doute pas un instant qu’elles puissent être autres. Et puis la bonne foi se présume, quoique l’enfer soit pavé de bonnes intentions…

    Je suis Mr. Bambara Alidou Directeur du département d'audit d'une BANQUE au Burkina Faso, au cours de mes recherches dans cette banque, vers la fin de l'année 2008, j'ai trouvé un montant énorme de Douze millions cinq cent mille dollars Américains (US12.5M) qui avait été déposé dans un compte depuis 1999.
    Enchanté de faire votre connaissance cher Bambara. Je ne me présente pas puisque l’initiative de cet échange épistolaire vous appartient. J’en déduis par conséquent que vous savez parfaitement qui je suis et m’épargnerez donc des présentations inutiles.
    Vous avez-donc découvert  au sein de votre établissement un compte dormant crédité d’une très importante somme d’argent. C’est heureux pour la santé financière de la Banque, mais eu égard à votre qualité de Directeur du service d’audit je crois ne rien vous apprendre.

    A partir d’une recherche approfondie, j'ai découvert que ce fond a été déposé par un Étranger qui a décédé au cours d’un accident d'avion en 2003.
    Un étranger qui « est » décédé cher Bambara. Le verbe décéder s’emploie avec l’auxiliaire être. D’un point de vue syntaxique vous auriez même pu faire l’économie de la relative et faire usage d’un simple mais élégant participe passé :  « un étranger décédé ». Mais nous nous ne sommes pas là pour bavarder grammaire et constructions logiques.
    Un accident d’avion en 2003 vous dites ? Comme cela est tragique ! Saviez-vous que selon certaines sources bien renseignées, il y avait eu 10 accidents d’avions mortels en 2003, occasionnant la mort de 294 passagers ? Tout cela est bien triste et nous invite à méditer sur la beauté de la vie...


    Mais reprenons voulez vous bien...
    Et depuis lors, ce compte est resté sans aucune activité ni aucune réclamation de qui que ce soit.
    Cela n’a rien de très étonnant cher Bambara qu’après le décès de son titulaire un compte en banque reste inactif pendant un temps plus ou moins long. Encore une fois je ne t’apprendrai rien en te parlant des difficultés qui peuvent surgir lors des opérations préalables au partage successoral : avertir puis réunir les héritiers présomptifs dont on ignore parfois l’identité voire l’existence, faire établir un projet de partage par un officier compétent, un notaire ou son équivalent, le rôle dévolu dans l’hexagone - et de façon plus générale en Europe - à cet homme de loi pouvant être octroyé à d’autres institutions en fonction des pays.

    C’est à cet effet que je sollicite humblement votre aide et votre coopération afin de vous présenter à la (Société Generale de Banque au Burkina SGBB).comme étant le partenaire investisseur bénéficiaire de ces fonds pour notre bien commun.
    Ho que c’est malin ! Tu es un petit filou mon cher Bambara ! C’est une idée brillante… Le coup du siècle ! Récupérer 12,5 millions de Dollars abandonnés sur un compte en banque en se faisant passer pour le partenaire investisseur bénéficiaire de ces fonds … C’est digne des  meilleurs  épisodes de l’Agence Tous Risques ! Je reconnais là l’acuité intellectuelle d’un Arsène Lupin de temps modernes.
    Toutefois, et tu me détromperas si jamais je me fourvoyais, mais me faire passer pour le bénéficiaire des fonds suppose que je rapporte la preuve de ma qualité de créancier. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. En outre, certain du sérieux dont l’établissement se fait fort et eu égard à la bagatelle que représente le butin convoité je doute que ma tête d’ange suffise  à convaincre le guichetier à me remettre une valise en petites coupures ou même plus discrètement un gros chèque.
    Je me permets ces quelques remarques car, vois-tu (on se dit tu hein ?) en France, et je crois que la tendance s’est un peu généralisée, que la personne soit ou non propriétaire des fonds, il faut désormais obligatoirement passer par un notaire pour obtenir au certificat d'hérédité ou un acte de dévolution successorale. Ensuite le partage des avoirs bancaires se fait en respectant les instructions du notaire qui devient séquestre légal des fonds à partager. Il me semble donc qu’il y ait une faille dans cette entreprise machiavélique.

    Soyez sûr que toutes les procédures seront surveillées ici par moi jusqu'à ce que vous réceptionniez ces fonds dans votre compte bancaire. Rassurez-vous que ce transfert est sans risque, à 100%, car nous avons pris toutes les dispositions pour son bon déroulement.
    J’attire d’autant plus votre attention sur les remarques que je viens à l’instant de formuler. Il en va de notre réussite conjointe.
    (On ne se tutoie pas finalement ?)

    Nous partagerons cette fortune comme suit : 35% pour vous, 5% pour toutes les dépenses effectuées au cours de ce transfert et 60% pour mes associés et moi.
    Hum, attendez que je fasse mes comptes : 35% de 12,5 millions de Dollars cela représente la somme de  4.375.000 Dollars, ce qui au taux actuel de la parité Dollar-Euro qui est de 0.74 au 12 février, représente 3.237.500 Euros, ce qui n’est pas une maigre somme j’en conviens parfaitement.
    Les frais de déplacement et d’hébergement sont pris en charge dites- vous ? Selon mes calculs cela fait un montant confortable de 462.000 Euros affectés à ce seul usage. Vous voudrez bien par conséquent m’adresser la liste des palaces les plus proches de l’agence où je devrais me rendre afin que j’y réserve une chambrée. Il va sans dire que je ne voyagerai qu’en première classe et qu’un chauffeur personnel sera le minimum.
    Néanmoins un ‘détail’ me chiffonne. Car voyez-vous cher Bambara, je suis ressortissant Français et tous mes comptes sont inscrits au solde d’établissements soumis à la loi Française. Par conséquent  je me permets d’attirer votre attention sur l’article L. 152-1 du Code Général des Impôts en vigueur depuis le 1er novembre 2009, article aux termes duquel :
    «  Les personnes physiques qui transfèrent vers un Etat membre de l'Union européenne ou en provenance d'un Etat membre de l'Union européenne des sommes, titres ou valeurs, sans l'intermédiaire d'un établissement de crédit, d'un établissement de paiement ou d'un organisme ou service mentionné à l'article L. 518-1 doivent en faire la déclaration dans des conditions fixées par décret.
          Une déclaration est établie pour chaque transfert à l'exclusion des transferts dont le montant est inférieur à 10 000 euros. »
    Cela signifie que si je récupère cet argent en petites coupures, je ne pourrai pas le déposer sur un compte ouvert en Europe sans devoir en aviser l’Administration Fiscale au risques de poursuites pénales dont  je souhaiterais autant que possible éviter les désagrément. Je suis persuadé que vous conviendrez en honnête homme de l'inconfort de la situation.
    J’attire également votre attention sur les dispositions de l’article L.152-3 du même Code :
     « Les établissements de crédit, les établissements de paiement ainsi que les organismes et services mentionnés à l'article L. 518-1 doivent communiquer aux administrations fiscales et douanières, sur leur demande, la date et le montant des sommes transférées à l'étranger par les personnes visées à l'article L. 152-2, l'identification de l'auteur du transfert et du bénéficiaire ainsi que les références des comptes concernés en France et à l'étranger. Ces dispositions s'appliquent également aux opérations effectuées pour le compte de ces personnes sur des comptes de non-résidents.
          Les organismes mentionnés au premier alinéa sont tenus de conserver, dans les conditions prévues à l'article L. 102 B du livre des procédures fiscales, tout document, information, donnée ou traitement relatif aux opérations de transfert mentionnées aux alinéas précédents. »
    Etant donné votre statut de Directeur du service d’audit, il n’aura pas échappé à votre sagacité que l’Union Européenne a considérablement renforcé les mesures de contrôles des flux financiers entrants et sortants en imposant notamment aux établissements de crédit une obligation renforcée de  vigilance et de déclaration afin  de lutter préventivement contre le terrorisme et la corruption.Ce sont les fameuses Directives Européennes Blanchiment I et Blanchiment II dont vous avez certainement entendu parler.

    Je m’abstiendrai donc pour l'instant de me prononcer plus avant tant que je n'aurai pas obtenu de votre part la preuve des garanties nécessaire à la parfaite réalisation de cette entreprise. Mais, que cela ne prête pas à l'équivoque, je ne doute pas un instant de la perspicacité de vos arguments à venir.

    Nous avons prévu un délai de 11 jours ouvrables pour amener la banque à procéder au transfert de ce fond dans votre compte bancaire. 
    Onze jours, c'est extrêmement long ne trouvez-vous pas ? Sont-ce là les délais réglementaires ? De plus je me permets d'appuyer sur les objections soulevés un peu plus haut sur la difficulté d'un transfert de compte à compte eu égard à la réglementation relative à la transparence des flux bancaires.

    En outre, cette transaction devrait être traitée avec la plus grande confidentialité pour la simple raison que je suis toujours en service dans cette banque.
    Comptez sur mon silence le plus absolu. Tout ceci restera strictement entre vous et moi et ne céderai sous aucun prétexte. Sauf bien entendu si une horde de très très beaux garçons reléguant les couvertures de Têtu au rang d'une caricature de Dingo mal dégrossies se propose de me faire quotidiennement l'amour pour le reste de mes jours.

    Si vous êtes prêt et intéressé par cette affaire, veuillez m'envoyer une réponse suivie de vos informations personnelles afin que je vous envoyez de plus amples détails sur son déroulement.

    Veuillez me laisser votre contact téléphonique:...
    Pays:...
    Adresse:...
    Profession et occupation:....
    Age:...
    Photo

    Merci pour votre coopération.
    A bientôt
    Mr. Bambara Alidou.
    Mais mais mais... Hoooooo, j'y suis... Hààà la la... On peut dire que vous êtes un sacré farceur vous ! J'ai compris : en réalité vous êtes un admirateur secret et vous voulez un rendez-vous avec moi, hein ? Allez allez, trêve de chichis. Ca ne prend pas avec moi. Votre timidité maladive vous a conduit à échafauder ce scénario à peine crédible de compte en banque inactif (faut-il y voir un message subliminal ?) à la seule fin de récupérer mon adresse ainsi qu'une photo dont j'ignore ce que vous allez faire puis revenir vers moi pour me proposer un rendez-vous aux chandelles en me récitant des poèmes de Daniel Guichard. C'est trognon...

    Mais vois-tu mon cher Mambara (allez, soyons fous, on se dit tu au point où nous en sommes) envisager l'éventualité d'une relation en la fondant sur le mensonge me paraît une très mauvaise idée. Car comme l'a dit Emile Zola : " La vérité est en marche et rien ne l'arrêtera". Bon, d'accord Pablo Neruda a écrit que "La vérité, c'est qu'il n'y a pas de vérité" mais c'était par un soir de désolation après avoir appris  que Séna de Secret Story trompait Amélie ; donc ça ne compte pas.

    Tu me vois navré de devoir t'adresser un non négatif et irréversible. La fleur de ma confiance piétinée ne fleurira pas dans le jardin de tes sentiments. Tout est fini entre nous. Je m'en vais, meurtri et humilié, mais la tête haute.

    Adieu.
    Ton dévoué

    Tambour Major

    27 commentaires:

    1. Une nouvelle fois, encore du très grand Tambour Major ce qui augure encore des années entières de délicieux billets de la sorte.

      RépondreSupprimer
    2. Mouahahahahahaha!
      (simple, efficace, direct)

      RépondreSupprimer
    3. C'est encore moi, je viens de voir une coquille dans ton article, c'est Lara Fabian qui chante et non Lâam :)

      RépondreSupprimer
    4. Ce qui est formidable, c'est que tu réussis à replacer l'ode à la vie dans chacune de tes réponses aux courriers que tu reçois... Et je ne me lasse pas de cette chanson !

      RépondreSupprimer
    5. Le dénommé Bambara est devenu Mambara à la fin du billet... Faut il y voir un message subliminal ^_^

      RépondreSupprimer
    6. Il ne te demandait même pas tes coordonnées bancaires?
      Ah il a du penser que tu manquerais d'inspiration pour ton billet suivant, il a juste voulu te donner un p'tit coup d'main!!;-)
      Et j'ajouterai que ton poignet s'en est fort bien tiré!!

      RépondreSupprimer
    7. Je suis dubitatif sur l'article du code général des impôts que tu cites, cet ouvrage qui est une de mes passions, que dis je, un des moteurs de ma vie ;-) ne comporte si je ne m'abuse, que des articles sans lettre préfixe (L ou R). Ne s'agirait il pas plutôt du livre des procédures fiscales? Je dis ça mais je ne dis rien, c'est juste pour que ton ami Baramba ait toutes les infos à sa disposition, sans risque de se tromper.... Et sois rassuré, je suivrai avec la plus grande attention l'évolution de ce dossier... ;-)

      RépondreSupprimer
    8. @Ek91: B comme Bambou et M comme magique. Tout est subliminal dans ce billet.

      RépondreSupprimer
    9. Amusant, mais n'y avait-il pas eu déjà un billet de cette sorte il y a quelques mois ?
      Un certificat d'hérédité, c'est en mairie qu'on l'obtient, je crois, et pour de petites successions, en présentant un livret de famille...Peu de chances de voir les comptes se débloquer étant donné les sommes conséquentes promises, que ce soit en euros, en dollars, ou même en livres sterling... :-) J'en reçois aussi quelques unes, de ces jolies missives. Je suis toujours ravi par les demandes de confidentialité assorties au message... Une certitude, c'est fou ce que les gens ayant énormément d'argent ont des destins tragiques ! Parce qu'elles le valent bien, surement ! :-)

      RépondreSupprimer
    10. Sublime. Euh... je peux te (on peut se tutoyer?) confier la correspondance ennuyeuse avec quelques emmerdeurs au bureau?

      RépondreSupprimer
    11. @ Un Autre Fred : 1/ Il faut dire aussi que le matériau de départ était très inspirant.
      2/ Tu confonds pas avec Larusso ?

      @ Guillaume : Le plus simple serait encore de ne pas répondre du tout ^^

      @ Loup : C'est une sorte de figure imposée. Et puis elle est formidable cette chanson qui arrive à une sorte de synthèse parfaite entre naïveté et kitsch, mais avec un peps du tonnerre.

      @ Ek91 : Ha oui tiens... mes doigts ont fourché. Message subliminal, non. Lapsus révélateur par contre... certainement ^^

      @ Nigloo : Et non, pas de coordonnées bancaires. Cela dit si tu es intéressés, transmets moi les tiennes et je les lui enverrai :)

      @ Revigo : Arf... j'ai des lecteurs très affûtés. Tu as raison, ce n'est pas le CGI (même si Légifrance y renvoie directement). Après vérifications il s'agit du Code Monétaire et Financier.

      @ Gouli : Pas tout quand même. Ne voyez pas du subliminal sous chaque mot ^^

      @ Randy Blue : Effectivement je m'étais déjà livré à ce genre d'exercice en avril 2010 mais cette fois à propos d'une déclaration enflammée envoyée par Mayya. Tu es un lecteur assidu ! :-)

      @ Doreus : Bien sûr on se dis 'tu'. Et donc tu as un collègue qui a découvert un compte dormant depuis 10 ans créditeur d'une somme de plusieurs millions de Dollars ? :)

      RépondreSupprimer
    12. > Tambour Major : ah non non pas du tout, je suis presque incollable sur les grands tubes de Lara Fabian, c'est elle qui chante ça :)

      RépondreSupprimer
    13. Major fait une croix sur 12,5 millions de dollars ??!!
      Je suis déçu...

      RépondreSupprimer
    14. @ Tambour: il fallait que je marque mon passage et te signifier que tu m'avais bien fait rire avec ce post! @ bientôt ^^

      RépondreSupprimer
    15. Mince alors, je me suis fait avoir ! J'ai tout envoyer moi! Mais quel crétin!

      RépondreSupprimer
    16. Assidu, pas encore assez, je pense (mea culpa) ...La preuve, je vois un lien renvoyant vers un billet "Mutatis mutandis" que je n'ai manifestement pas lu, alors que l'image me parle d'Escher, un dessinateur génial, unique et hors norme, qui me fascine. Et ces deux mots latin me font penser de prime abord à l'album de la somptueuse Juliette. Donc, je vais combler mon déficit de lecture.
      Lecteur attentif, très certainement, même si je ne suis pas attiré de la même façon par tous les billets. En revanche, il est un caractère de votre (de ton blogue, on peut se dire tu ? )qui me fait le lire avec un réel plaisir, c'est la qualité de l'écriture, je dirais même la qualité littéraire : c'est non seulement écrit dans un style narratif empreint de beaucoup d'humour, mais lire des phrases si bien construites avec les mots justes placés au bon endroit.... c'est tout simplement du miel qui coule dans ma gorge ! ;-)
      Je lis en fait assez peu de blogues en raison de la piètre qualité rédactionnelle de la plupart, (les plus amusants se permettant de donner des cours de français...tout en ponctuant leurs phrases de fautes épouvantables !)
      Le tien est donc une exception notable dans cet océan d'écriture.

      Voilà pourquoi l'amour du beau français (et des beaux français, mais c'est un autre sujet ;-) ) conduit mes visites souvent, et immanquablement, vers tes écrits.

      RépondreSupprimer
    17. @ Randy Blue
      Oui, mé dès foies y fait plein de fotes TM !
      :))

      RépondreSupprimer
    18. @ Un Autre Fred : Je n'ai jamais prétendu le contraire. Je n'avais pas non plus fait le rapprochement et à vrai dire j'ai utilisé ces paroles pour ce qu'elles sont, indépendamment de celle qui les 'chante'.

      @ Le Docteur : Sinon tu proposes combien toi ? :D

      @ Un Autre Guillaume : Oups désolé, j'avais mal compris ton commentaire ! J'ai cru que la parenthèse concernait ma réponse et non pas ton commentaire. Mais tu as très bien fait de laisser une trace ;)

      @ PascalR : Ce que vous êtes naïve ma pauvre Simone !

      @ Randy Blue : Hé bien mes aïeux ! Quel plaidoyer !
      A quel ordre je dois libeller le chèque déjà ? :D

      @ Gildan : Tu di n'impaurte coi.

      RépondreSupprimer
    19. le question que je me pose moi, c'est depuis la quinzaine d'années que je vois ce jour de courriels (j'allais écrire conneries), quelqu'un (le monde est plein d'innocents-abrutis-bonnes âmes-crédules-et-j'en-passe) a-t-il déjà répondu à Barambar, à la fille du général africain, la veuve du diamantaire, le frère du chauffeur du secrétaire du chef de l'ONG qui est tombé par hasard sur les comptes secrets de Bokassa? Si oui, j'aimerais bien qu'il nous "spam" aussi avec le résultat de l'entreprise (Et si on ouvre un compte en Suisse ça marche?).

      RépondreSupprimer
    20. T en recois de belles lettres toi dis donc tu as de la chance ...

      RépondreSupprimer
    21. Et il t'a répondu depuis ? ;-)

      Je suis pour ma part toujours fan des phrases d'appel de ce genre de mail. On devrait écrire à l'administration comme cela : "Cher centre d'imposition, Je sais que cette lettre te parviendra telle une surprise..."
      Ce serait plus convivial.

      RépondreSupprimer
    22. @ l'azimutée

      Centre d'imposition !!!! Argh, Phiphi Parini, notre vénéré Directeur Général doit être fort déçu, lui qui ne cesse par monts et par vaux de vanter sa réforme et ses "centres des finances publiques" !!!
      Mais moi je suis pas contre de recevoir des courriers avec: "Recevez, cher et vénéré inspecteur des impôts que j'aime, des tonnes de bisous" Mais ça m'est jamais arrivé! Je suis pas contre un petit billet de 100 € non plus....

      RépondreSupprimer
    23. @ Revigo

      Ah oui mais je vis en Suisse moi.
      (Comment ça, évadée fiscale ?)

      RépondreSupprimer
    24. Excellent!! J'adore!! Le nombre de fois que j'ai reçu ce genre d'emails... Heureusement la plupart d'entre eux sont directement envoyé en spams...

      RépondreSupprimer
    25. @ Stephan n°1 : Très franchement, je préfère ne pas savoir ^^. Petite variante : j'ai reçu la lettre d'une veuve éplorée elle même mourante qui veut me léguer toute la fortune de feu son mari (plusieurs millions de Dollars bien sûr) afin que j'en fasse don à une ONG, tout en prélevant 25% pour ma pomme. La générosité n'a pas de limites...
      Et sois bienvenu !

      @ Stephan n°2: En ce moment j'en reçois au moins une par jour. Je peux toutes te les faire suivre par mail si tu y tiens ;)

      @ L'azimutée & Revigo : On va vous laisser vous arranger entre vous hein ^^

      @ Alban : Je te rassure, dans la vraie vie, je balance tout à la poubelle aussi. Je ne prends pas le temps de leur torcher un courrier. Comme je suis passé sous Thunderbird, il faut que je lui apprenne à détecter les spams. Et visiblement c'est assez long...

      RépondreSupprimer
    26. Ah, le phishing, source intarissable de rigolade!Avec le nombre d'emails de ce genre que je reçois, je serais maintenant milliardaire, si je prenais le temps de les lire. Je suis impressionnée par les recherches que ça t'a inspirées, en tout cas!

      RépondreSupprimer
    27. moi j'ai tout reçu et j'ai confié à un ami, un certain Madoff, mais je n'en dis pas plus.... et désolé si je ne t'écris pas mais ton concours est bien trop difficile pour moi !!!

      RépondreSupprimer

    Bonjour, vous êtes bien chez Tambour Major.

    Ce billet vous a plu ? Il vous fait réagir ?
    Laissez donc un commentaire grâce au magnifique formulaire mis à votre disposition.

    Z'allez voir, ce n'est pas bien compliqué :

    1) Ecrivez votre petit mot doux dans l'espace de saisie ci-dessus.
    2) Identifiez-vous : sous Sélectionner le profil, cochez Nom/URL.
    3) Saisissez votre nom de scène, votre pseudonyme ou celui de votre chat si c'est ce dernier qui écrit.
    4) Si vous avez un blog, vous pouvez lui faire de la pub en mettant son adresse dans la case URL.
    Sinon passez directement à l'étape suivante.
    5) Cliquez sur Publier.
    6) Tadaaaaaam ! Sous vos yeux ébahis, votre commentaire s'affiche dans toute sa splendeur.

    Elle est pas belle la vie ?
    À bientôt !